En ce moment
 

Rebondissement dans l'affaire des vaccins défectueux: des vaccins diphtérie-coqueluche-tétanos pour enfants ont été vendus dans d'autres pays que la Chine

Rebondissement dans l'affaire des vaccins défectueux: des vaccins diphtérie-coqueluche-tétanos pour enfants ont été vendus dans d'autres pays que la Chine

Le scandale des vaccins défectueux produits par plusieurs laboratoires chinois s'étend à l'étranger, après le rappel de produits fabriqués par l'entreprise pharmaceutique Changchun Changsheng Biotechnology, dont une partie a été exportée, a indiqué mercredi la Commission nationale chinoise pour la santé.

La Chine a ordonné le mois dernier une inspection nationale du secteur des vaccins après la découverte en juillet d'un processus de fabrication illégal d'un vaccin contre la rage dans ce laboratoire pharmaceutique, où des données ont été falsifiées et les paramètres de production modifiés. Le laboratoire a été forcé de stopper sa production après l'annonce par l'autorité de régulation des médicaments et des aliments (CFDA) qu'elle y avait découvert des données falsifiées au cours d'une inspection. La police de la ville de Changchun (nord-est), où la compagnie a son siège, a arrêté 15 personnes, dont la PDG du laboratoire, Gao Junfang. Les autorités les soupçonnent "d'infractions pénales".

Selon les premiers résultats de l'enquête, la fraude a débuté en avril 2014. La firme a admis avoir écoulé un vaccin diphtérie-coqueluche-tétanos pour enfants non conforme dans le passé. Quelque 250.000 doses auraient ainsi été vendues dans la province du Shandong (est) l'an dernier. La Commission nationale chinoise pour la santé a expliqué mercredi sur son site internet que "certains lots étaient mélangés et que les dates de validité et les numéros de lot n'étaient pas corrects". La commission n'a toutefois pas précisé dans quels pays les vaccins avaient été exportés.

Le scandale révélé le mois dernier a suscité un tollé en Chine, où de nombreux parents ont fait part de leur inquiétude sur les réseaux sociaux. De manière inhabituelle dans un pays où l'information est étroitement contrôlée, le président Xi Jinping a été contraint de réagir en dénonçant les pratiques "odieuses et choquantes" de la compagnie pharmaceutique incriminée.

Vos commentaires