En ce moment
 
 

Souvent méconnue, elle cause plus de morts que le sida, le cancer du sein et les accidents routiers réunis: qu'est-ce que la phlébite?

La phlébite provoque plus de 500.000 décès chaque année en Europe. Il s'agit d'un caillot de sang dans une veine qui peut apparaître en cas d'immobilisation prolongée. Ce n'est pas forcément connu, mais la phlébite cause plus de morts que le sida, le cancer du sein, et les accidents de la route réunis.

La phlébite touche entre 15.000 et 20.000 patients chaque année en Belgique. Elle survient à la suite d’une longue immobilisation, par exemple lors d’un voyage en avion ou à cause d’une jambe plâtrée.

Un caillot sanguin peut alors se former dans une veine et empêcher la circulation du sang. Problème: les patients attendent souvent trop longtemps avant de consulter leur médecin. "Il est fréquent que les phlébites soient diagnostiquées relativement tardivement. Parce que le début des symptômes est relativement insidieux et progressif. Il ne faut pas semer la panique en s'inquiétant à n'importe quelle douleur de la jambe, par contre quand une douleur de la jambe apparaît avec un œdème (ndlr: accumulation de fluide) de la jambe par rapport à l'autre, alors il faut consulter", explique Marc Vranckx, chef des urgences à l'hôpital Marie Curie de Charleroi.

L'embolie pulmonaire est une maladie relativement grave

Pris rapidement, le traitement est efficace. De simples anticoagulants suffisent et permettent d’éviter les complications. La phlébite peut en effet entrainer une embolie pulmonaire, qui est l'obstruction d'une ou plusieurs artères irriguant le poumon. Mal soignée, elle est mortelle dans 30% des cas. "L'embolie pulmonaire est une maladie relativement grave qui entraîne des décès. Mais le traitement est le même que celui de la phlébite: des anticoagulants. Donc si on s'y prend tôt, on peut prévenir bon nombre de décès", précise Marc Vranckx.

Des centaines de milliers de cas en Europe: les médecins sont prudents

La phlébite et l’embolie pulmonaire font plus 500.000 décès chaque année en Europe. Les médecins redoublent donc de prudence.
À Charleroi, nous avons pu interroger Nicole. Elle vient d’être opérée du dos et elle doit être alitée durant de longues heures. "On est suivi de très près. Ils font tout pour qu'on n'ait pas de phlébite. Ils font des piqures, ils surveillent tout le temps…", confie la dame.

Des personnes plus à risque

Si vous présentez une insuffisance veineuse ou que vous avez des varices, vous êtes alors plus susceptibles de développer une phlébite. Il est conseillé dans ce cas, avant une période d’immobilisation prolongée, de prendre un traitement préventif.

Vos commentaires