En ce moment
 

L'UCL fait une découverte dans la lutte contre les infections bactériennes: pourquoi est-il urgent de renforcer notre système immunitaire?

C'est une découverte majeure que vient de faire l’UCL dans la lutte contre les infections bactériennes. Les chercheurs ont découvert une protéine qui agit comme un bouclier pour les bactéries qui subissent les attaques de notre système immunitaire.

Jean-François Collet, chercheur à l'UCL et son équipe ont mis au jour une nouvelle protéine, CnoX, qui joue un rôle majeur dans la défense des bactéries contre notre système immunitaire. Grâce à cette découverte, les chercheurs vont pouvoir mettre au point un système de neutralisation de cette protéine et ainsi, affaiblir la défense des bactéries contre les attaques du système immunitaire. Cela va ainsi contribuer au développement de nouveaux antibiotiques.

"On a essayé de comprendre comment les bactéries, lorsqu'elles sont dans le corps humain, arrivent à échapper à notre système immunitaire. (..) C'est une protéine qui s'appelle Cnox qui permet aux bactéries de se protéger contre notre système immunitaire", explique Camille Goemans, doctorante à l'UCL lors de cette découverte majeure, au micro de Vincent Chevalier pour Bel RTL. 


"Les bactéries pourraient à nouveau tuer plus que le cancer"

Pour lutter contre les bactéries, les cellules de notre système immunitaire produisent de l’hypochlorite, une molécule oxydante que l’on retrouve aussi dans l’eau de javel. L’hypochlorite attaque les bactéries en oxydant leurs protéines.

Le problème ? Les bactéries se défendent et les infections perdurent. Jean-François Collet et son équipe, à l’Institut de Duve de l’UCL, cherchent donc depuis des années de nouvelles pistes pour renforcer notre arsenal de défense antibactérien.

"Il y a 150 ans, les êtres humains mourraient essentiellement d'infections bactériennes. Aujourd'hui, ce n'est plus cas, on meurt davantage de cancers, de maladies cardio-vasculaires mais beaucoup moins d'infections bactériennes. Mais malheureusement, ça pourrait changer d'ici 20 à 30 ans. Les bactéries pourraient à nouveau tuer plus que le cancer", affirme le chercheur.


Vers le développement de nouvelles molécules antibactériennes

L’émergence de bactéries résistantes aux antibiotiques constitue une menace pour l’être humain et la médecine telle qu’on la connait aujourd’hui. Il est donc urgent de trouver de nouvelles pistes et de nouvelles cibles pour renforcer notre arsenal de défense.

Parce que CnoX aide les bactéries à se défendre contre les cellules de notre système immunitaire, elle pourrait être une cible intéressante pour le développement de nouvelles molécules antibactériennes et ainsi contribuer à renforcer le bien-être de l’humanité.

"Le problème c'est qu'il y a très peu de nouveau antibiotiques en développement. Nous avons besoin de plusieurs nouvelles armes. Et ici, la protéine que nous avons identifiée, Cnox, comme elle aide les bactéries à se défendre contre les attaques de notre système immunitaire, on peut penser que la cibler, trouver des molécules qui vont empêcher cette protéine d'agir, d'aider les bactéries à résister à nos attaques, ça pourrait être une bonne stratégie pour fragiliser les bactéries et donc développer un nouvel antibiotique", conclut Jean-François Collet au micro de Vincent Chevalier pour Bel RTL. 

Vos commentaires