En ce moment
 
 

Un foyer de grippe aviaire détecté le long de la Côte belge: voici ce que vous pouvez faire si vous voyez un oiseau mort

Un foyer de grippe aviaire détecté le long de la Côte belge: voici ce que vous pouvez faire si vous voyez un oiseau mort
©IMAGE BELGA
 
 

Un nouveau foyer de grippe aviaire a été détecté le long de la Côte belge. Un certain nombre d'oiseaux malades, provenant de diverses communes du littoral, ont été pris en charge par le sanctuaire des oiseaux d'Ostende, rapporte la Ville. Il s'agit notamment de mouettes, de sternes et de cormorans, tous des oiseaux qui se reproduisent à proximité les uns des autres.

Cela fait plusieurs semaines déjà que des oiseaux morts sont découverts dans différentes villes côtières. Après analyse de plusieurs échantillons, l'institut de Santé publique Sciensano a confirmé la présence de la grippe aviaire sur le littoral belge. Les randonneurs qui découvrent des oiseaux malades sur leur chemin sont invités à prendre contact avec le centre d'accueil pour oiseaux et animaux sauvages (Voc) à Ostende. Les oiseaux morts peuvent quant à eux être signalés à l'agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca). 

Le centre d'accueil ostendais pour oiseaux et animaux sauvages "joue un rôle important dans la 'surveillance passive' du virus de la grippe aviaire", explique Claude Velter, son directeur. "Sous la supervision de l'Afsca et pour le compte de l'Agence flamande de la Nature et des Forêts, nous travaillons avec des mesures de quarantaine pour les animaux suspects afin que la biosécurité pour les humains et les animaux dans le centre reste garantie."

Le virus de la grippe aviaire n'est que rarement pathogène pour l'être humain, "il n'y a donc aucune raison de céder à la panique", indique de son côté l'échevine de l'Environnement à Ostende, Silke Beirens. "Seules les personnes qui, généralement, à titre professionnel, entrent en contact étroit, répété et prolongé avec des animaux malades ou leurs excréments risquent d'être contaminées", souligne-t-elle.


 

Vos commentaires