Un médecin remet en cause l'utilité du vaccin contre la rougeole: Maggie De Block fulmine

Le débat n'est pas neuf mais il est toujours d'actualité. Faut-il vacciner les enfants contre les maladies infantiles comme la rougeole par exemple? La plupart des pédiatres le recommandent vivement. Il reste des médecins réfractaires. La ministre de la santé a décidé de les sanctionner.

Le médecin Kris Glaublomme n’y va pas par quatre chemins. Pour lui, le vaccin contre la rougeole était dangereux. Il l’a affirmé hier soir sur le plateau de nos confrères de VTM. Ce qui a fait bondir la ministre de la santé, Maggie De Block.

"Chaque médecin doit traiter et accompagner son patient en fonction de l’état des connaissances médicales. L’utilité de la vaccination a été prouvée. Toutes les autres allégations ne sont que des inventions qui ne sont pas dignes d’un médecin", a-t-elle déclaré.

Une plainte contre le docteur Glaublomme a été déposée à l’ordre des médecins. Ce praticien n’est pourtant pas le seul à remettre en cause les vaccins, pour un Belge sur 10 les vaccins ne sont pas efficaces Et pourtant, ce spécialiste est formel.

"Il n'y a aucune base scientifique sur lesquelles on peut s'appuyer pour déconseiller la vaccination", explique Jean Gérain, le médecin responsable des maladies infectieuses au Chirc.

En Belgique, seul le vaccin contre la polio est obligatoire, les autres sont recommandés, parfois même indispensables pour avoir accès à certaines crèches, mais pas obligatoires donc. Certains parents ne font pas vacciner leurs enfants, en avançant trois arguments:

Le premier: les vaccins entrainent des effets secondaires, comme l’asthme, la sclérose en plaque ou l’autisme.

"Que ce soit l'autisme ou la sclérose en plaque, il y a eu un long débat en Franc où on incriminait les vaccins contre l'hépatite B en disant qu'il induisait une augmentation du risque de sclérose en plaque. Cette idée a totalement été éliminée, il y a quelques années déjà", rappelle Jean Gérain.

Deuxième argument: c’est le lobby pharmaceutique qui impose certains vaccins pour des raisons financières.

"Il est vrai que certains vaccins sont du luxe car ils protègent contre des maladies qui ne sont pas mortelles et pas contagieuses. Mais je crois qu'il faut faire la part des choses. Il y a une série de vaccins qui sont fondamentaux pour tous les enfants", ajoute Jean Gérain.

Troisième argument: il ne sert à rien de vacciner son enfant contre une maladie qui n’existe plus en Belgique.

"A cause de ces mouvements anti-vaccination, le nombre d'enfants vaccinés contre la rougeole a diminué. Dans certains pays, de manière dramatique. A tel point qu'en Europe centrale, il y a une recrudescence énorme de cas de rougeole", poursuit Jean Gérain.

En Belgique, depuis le début de l’année  il y a déjà eu une trentaine de cas de rougeole, l’an dernier à la même date, ils n'étaient que 2. Rappelons enfin que selon l’OMS, chaque année, entre 2 et 3 millions de morts sont évités grâce aux vaccins.

Vos commentaires