En ce moment
 

Un point de beauté qui gratte, un défaut de la peau qui change de taille ou d'aspect? Des consultations de dermatologues improvisées dans une galerie commerciale

Les cancers de la peau sont un fléau en terme de santé. 25.000 cas sont détectés chaque année en Belgique, et ce chiffre ne fait qu'augmenter. C'est donc très important de se faire dépister. Ce matin, une séance de dépistage gratuite était organisée dans un centre commercial liégeois. Reportage de Vincent Jamoulle et David Muller dans le RTLinfo13H.

Six cabines de consultation ont été installées ce matin au milieu de la galerie commerciale Saint-Lambert à Liège. Dans ces box ont pris place les dermatologues du CHU de Liège qui délivrent des consultations.

Un point de beauté qui gratte, un défaut de la peau qui change de taille ou d'aspect, c'est souvent ce qui pousse à voir un spécialiste.

"Ici, il n'y a pas d'indication chirurgicale d'emblée, mais c'est quelque chose qu'il faudra surveiller tous les ans", explique un dermatologue à une patiente après une consultation.

Thomas Damson, dermatologue au CHU de Liège explique comment se déroulent ces consultations:  "Les gens viennent généralement pour montrer une lésion qui les a inquiétés. On prend note de cette lésion. C'est important de demander au patient de se déshabiller entièrement pour faire un bilan complet, parce que parfois on peut passer à côté d'une lésion."

Anne se fait dépister chaque année. 90% des cancers de la peau sont dus au soleil et elle le sait très bien: "Dans les années 70, c'était la mode d'être super bronzée et bon, j'ai fait cette erreur. Je me disais, quand je suis vieille, je m'en fous". Maintenant je suis vieille et je paye quand même de ne pas avoir mis de protection, etc..." regrette la dame.

Deux, trois tâches suspectes vont l'obliger à revenir en consultation.

Un teint hâlé, ce n'est pas toujours un choix. Ceux qui travaillent dehors sont plus exposés que les autres au cancer de la peau et le bronzage n'est en rien une protection.

Arjens Nikkels, professeur de dermatologie au CHU de Liège: "C'est un mauvais calcul. On entend souvent que "La peau de quelqu'un qui a travaillé dehors, c'est comme du vieux cuir", cela ne veut pas dire que le risque diminue, absolument pas."

Ce matin, cinq fois plus de femmes que d'hommes sont venues se faire dépister gratuitement, parce qu'ils sont en général, moins attentifs à leur corps et parce que les mélanomes ils en développent d'avantage dans le dos. Quand un diagnostic de cancer est posé chez un homme, c'est souvent à un stade plus avancé.

Vos commentaires