SIDA: "Certains jeunes croient que la salive ou les moustiques peuvent transmettre le VIH"

La plate-forme Prévention Sida et ses partenaires ont lancé le défi "Zéro Discrimination" à l'approche de la Journée mondiale de lutte contre le sida, organisée le 1er décembre.

Ce samedi est marqué par la Journée mondiale de lutte contre le sida. Plusieurs événements ont également lieu dans toute la Belgique pour marquer la solidarité envers les personnes porteuses du VIH. Céline Danhier, la directrice de l'ASBL SIDA'SOS, s'est exprimée sur le plateau du RTLINFO 13H.


Est-ce qu'on peut dire qu'on peut vivre "correctement", "normalement" quand on est malade?

"Oui, heureusement, les traitements ont nettement été améliorés. Donc on peut vivre... On a une espérance de vie quasi-normale. On va pouvoir bien vivre, en "bonne santé". Mais c'est quand même une prise de médicaments à vie. C'est une maladie chronique à l'heure actuelle", détaille la directrice de l'ASBL SIDA'SOS.


Peut-on ne plus être contagieux ?

"Tout à fait. Ca c'est vraiment une des grandes avancées. Une personne séropositive qui va être sous traitement depuis 6 mois et dont la charge virale va être indétectable, ne va plus transmettre le virus. C'est pour ça que si tout le monde connaissait son statut sérologique en Belgique et était sous traitement, il n'y aurait plus de VIH", précise Céline Danhier.

"Il y a encore pas mal de méconnaissances par rapport à la transmission du VIH. Nous, on entend encore des jeunes nous dire que la salive ou les moustiques peuvent transmettre le VIH alors que ce n'est évidemment pas du tout le cas. Ce sont toutes ces méconnaissances qui amènent une discrimination envers les personnes séropositives. Et donc c'est une peur irrationnelle puisque c'est plutôt toutes les personnes qui n'ont pas connaissance de leur statut, qui n'ont pas fait de dépistage, qui, elles, risquent de transmettre le virus", ajoute-t-elle.

"On a créé dépistage.be, une plateforme qui rassemble toutes les informations sur les infections sexuellement transmissibles, sur le dépistage (où aller, quand y aller et qui contacter), les associations, etc.", explique la directrice.


"97% des personnes dépistées ont aujourd'hui une charge virale indétectable"

En Belgique, 13% des personnes infectées par le VIH ont en effet déjà connu un refus de soin en raison de leur séropositivité et plus de 15% se sont vues refuser ou compliquer l'accès à des biens et services comme des assurances ou des prêts bancaires, pointe la plate-forme Prévention Sida. Illégale, cette discrimination est également injustifiée puisqu'une personne séropositive traitée, avec une charge virale (quantité de virus dans le sang) indétectable ne transmet plus le virus. Or, "grâce à leur traitement et à un bon suivi médical, 97% des personnes dépistées ont aujourd'hui une charge virale indétectable", souligne l'association.

Un ruban rouge illuminera samedi, de 17h à 23h, la gare de Bruxelles-Central, le Shopping Rive Gauche de Charleroi, l'Hôtel de Ville d'Anvers, le Vooruit gantois et scintillera également en face de la gare de Liège-Guillemins. Ce symbole de la lutte contre le VIH sera distribué notamment dans ces cinq endroits. Dans la capitale, le piétonnier du boulevard Anspach accueillera dès 18h le DJ Set du Bruxellois Luca Pecoraro, alias Todiefor. Des tests de dépistage gratuits, immédiats et anonymes, un bowling contre le VIH et les IST, un photomaton et une distribution de préservatifs sont également au programme.

Un poste Facebook a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Vos commentaires