En ce moment
 
 

Abus d'alcool chez les jeunes: les experts pointent le lobby de la bière

Abus d'alcool chez les jeunes: les experts pointent le lobby de la bière
 
 

(Belga) "Pour limiter les abus, on pourrait prendre des mesures efficaces concernant la vente d'alcool aux mineurs et repousser l'âge d'accès aux boissons alcoolisées, mais le lobby de la bière bloque ces avancées", prétend Marijs Geirnaert, directrice du centre d'expertise flamand sur l'alcool et les drogues (VAD).

D'après le constat énoncé samedi par l'Agence Intermutualiste (AIM), 6 jeunes âgés de 12 à 17 ans, en moyenne, sont admis chaque jour à l'hôpital en raison d'une consommation abusive d'alcool. Selon Marijs Geirnaert, moins de jeunes boivent, mais ceux qui s'imbibent le font de plus en plus. Et c'est problématique. "Chaque jeune intoxiqué par l'alcool est un jeune de trop". Néanmoins, "il existe des mesures qui ont prouvé leur efficacité, comme le relèvement de l'âge minimum d'accès à l'alcool, à savoir 18 ans", prétend la directrice. La ministre de la Santé, Maggie De Block (Open Vld), n'y est cependant pas favorable, car selon elle, "on risque de rendre certains produits plus attirants en les interdisant". Le raisonnement est faux, rétorque Marijs Geirnaert. "Il y a 5 à 10 ans d'ici, aux Pays-Bas, les personnes ivres étaient très nombreuses... jusqu'à ce que le pays relève l'âge d'accès aux boissons alcoolisées. Ensuite, leur nombre a chuté". Parmi les autres mesures préconisées par le VAD, on relève une augmentation du prix de l'alcool et une baisse de la publicité en faveur de celui-ci. "L'alcool doit être plus cher que les boissons gazeuses ou l'eau, ce qui n'est pas le cas actuellement". Cependant, d'après Marijs Geirnaert, toutes les mesures efficaces sont bloquées par le lobby de la bière qui est puissant dans notre pays. Or, "la sensibilisation c'est bien, mais ce n'est pas suffisant". (Belga)




 

Vos commentaires