En ce moment
 

Action de l'association Bite Back contre la destruction massive de poussins nouveaux-nés

(Belga) Chaque année en Belgique, pas moins de 15 millions de poussins mâles nouveaux-nés sont gazés ou déchiquetés car ils ne pourront pas produire d'oeufs. Dès la sortie de l'oeuf, les becs sont coupés sans anesthésie. Les poussins sont ensuite transportés à l'abattoir et transformés en produits carnés et en aliments pour chats. L'organisation de défense des animaux Bite Back souhaite porter plainte contre cette pratique et a mené samedi des actions à Hasselt, Anvers et Charleroi afin d'attirer l'attention de la population sur "la souffrance animale cachée derrière les oeufs."

Les militants de Bite Back ont formé une pyramide humaine et ont demandé aux passants de s'arrêter un instant afin de réfléchir à la souffrance animale. A Hasselt, les passants ont pu vivre une expérience de réalité virtuelle, appelée iAnimal. Ils ont été immergés dans la vie d'un poulet - du premier au dernier jour - et ont pu expérimenter ce que les animaux vivent dans un élevage intensif. "L'image romantique que beaucoup de gens ont de ces doux poulets de Pâques ne correspond pas à la dure réalité", explique Benjamin Loison, porte-parole de Bite Back, qui a évoqué une journée d'action couronnée de succès. "L'affection se transforme rapidement en horreur dès que l'on prend conscience du déchiquetage vivant ou de la gazéification de ces millions de petites balles jaunes." Bite Back prône l'alimentation végétalienne. (Belga)

Vos commentaires