En ce moment
 

Après deux ans de travaux, l'hyppodrome de ParisLongchamp rouvre ses portes

Après deux ans de travaux, l'hyppodrome de ParisLongchamp rouvre ses portes
Le nouvel hippodrome de ParisLongchamps, réalisé par l'architecte Dominique Perrault. 22 mars 2018PATRICK KOVARIK

Niché au coeur du Bois de Boulogne, l'hippodrome de ParisLongchamp, temple historique des courses hippiques de galop, a rouvert ses portes dimanche après deux ans de travaux titanesques, en accueillant sa première course.

Fermées depuis le 5 octobre 2015, les grilles de l'hippodrome s'ouvrent désormais sur un nouvel édifice tout en transparences et aux lignes audacieuses imaginées par l'architecte Dominique Perrault. Une réalisation dont le coût a avoisiné les 150 millions d'euros.

Le Qatar Prix de l'Arc de Triomphe, la plus grande course de galop au monde, y fera son retour le premier dimanche d'octobre, après deux éditions à Chantilly (Oise).

Pierre-Charles Boudot a inauguré dimanche la reprise des courses en remportant le Prix du Carrefour Curie. "C'est sympa de remporter la première victoire ici avec une jument qui a de la qualité. Tout s'est bien passé, la jument était au niveau et elle l'a montré aujourd'hui", relate le jockey à l'AFP, de retour au rond de présentation.

Paul Sabban, propriétaire de galopeurs, semble lui un peu perdu. "Il faut que je trouve mes marques", dit-il. "Pas du tout nostalgique de l'ancien Longchamp", il "apprécie l'architecture" mais "pense que comme d'habitude, excepté les jours de grands Prix, il y aura peu de monde".

"Les gens ne viennent plus aux courses, il y a peu de jeunes", regrette celui dont la jument Marie de Litz avait couru le Prix de l'Arc de Triomphe en 1983.

L'entraîneuse Christiane Head-Mareek, qui a pris sa retraite le 7 février, a remporté trois Arc de Triomphe sur ce fameux champ de course, qu'elle arpente depuis 1949. "Il est plus chaleureux que celui d'avant", juge celle que tout le monde surnomme "Criquette" rappelant "que c'est dans cet endroit que se courent les meilleures courses du monde. Et que ça doit toujours être comme ça !".

Quant à André Fabre, un des plus grands entraîneurs de la planète turf, il "se fiche complètement du design". "Je viens ici pour travailler", lance-t-il.

- "On voit mieux les chevaux" -

La forme inclinée de la tribune de 160 mètres de long, s'inspire du mouvement d'un pur-sang au galop. Coiffée d'un bâtiment de verre jouant sur les transparences, elle offre une double vision sur les pistes, le rond de présentation, les écuries et offre un regard à 360 degré sur le spectacle des courses.

Au premier étage, Matthieu Pecout, venu avec ses amis apprécie "la couleur or". "Ca fait noble !" lance le jeune apprenti en maréchalerie". "Le rond de présentation est plus grand, on voit mieux les chevaux".

Pour accueillir les pur-sang, France Galop a ajouté 36 boxes aux 90 anciens également rénovés.

Grâce à la nouvelle tribune, la pelouse et les tribunes complémentaires qui pourront jouxter la structure actuelle, près de 70.000 personnes peuvent aujourd'hui assister au spectacle des courses.

ParisLongchamp compte innover en 2018 avec des courses en semi-nocturnes tous les jeudis, de mai à juillet.

ParisLongchamp accueillera 34 réunions de course cette année, mais le site se veut aussi un lieu de sorties pour les Franciliens. Guinguette, restaurant panoramique, scènes de concert, soirées thématiques, cinéma plein air, bars attendent les noctambules et amateurs de lieux festifs.

Dimanche 29 avril, journée officielle d'inauguration, l'entrée sera gratuite, marquée notamment par un programme de courses de haut niveau avec le Prix Ganay, dont l'allocation a été portée à 600.000 euros. Le célèbre DJ niçois "The Avenier" sera le premier artiste à donner un concert dans ce temple du galop.

Vos commentaires