Avaaz expose devant la Commission 81 objets en ivoire pour dénoncer leur commerce illégal

(Belga) Des 109 objets en ivoire que le réseau international citoyen Avaaz s'est procuré, 81 "illégaux" trônent depuis mardi matin devant la Commission européenne. Autant d'exemples qui montrent les failles de la législation européenne en matière d'importation de cet or blanc, selon l'ONG cybermilitante. La statue de pachyderme qui accompagne cette exposition inhabituelle rappelle que l'animal pourrait disparaître de la surface du globe d'ici quelques décennies s'il continue à être braconné pour ses défenses.

La "galerie" d'Avaaz entend mettre sous les yeux de la Commission européenne une preuve du commerce illégal d'ivoire en Europe. L'organisation a ainsi récolté une centaine d'objets à travers 10 pays de l'UE et les a fait analyser dans un laboratoire de l'Université d'Oxford. La datation au carbone 14 (une technique qui permet de déterminer l'âge d'une matière organique) a ainsi démontré que 19,3% des pièces examinées provenaient d'éléphants tués après que le commerce mondial de l'ivoire a été interdit, en 1989. Près des trois quarts (74,3%) ont en outre été produites après 1947, année à partir de laquelle tout objet en ivoire doit être accompagné d'un certificat gouvernemental, sans quoi sa vente est illégale. Plus de la moitié (57,1%) des bustes, statuettes et autres pendentifs collectés en Belgique chez des antiquaires et des vendeurs privés ont été écoulés frauduleusement. La totalité des objets testés en provenance de Bulgarie, d'Espagne et d'Italie sont estampillés "illégaux", tandis que 80% des acquisitions d'Avaaz au Royaume-Uni sont au contraire certifiées "antiques" (fabriquées avant 1947). Une interdiction presque totale viendra bientôt frapper plus durement encore la vente d'ivoire sur, vers et en provenance des îles britanniques. Rares exceptions à cette nouvelle règlementation: le commerce d'instruments de musique qui contiennent de l'ivoire ou la vente d'ivoire aux musées, précise l'organisation. Alors qu'environ 30.000 éléphants sont abattus chaque année, le Royaume-Uni, la Chine ou encore Hong-Kong ont récemment annoncé ou appliqué de nouvelles mesures pour empêcher le commerce d'ivoire, souligne Avaaz. L'organisation désire que la Commission européenne leur emboîte le pas en mettant fin à l'exception des "antiquités pré-1947", talon d'Achille de la législation européenne. L'organisation plaide également pour une interdiction des exportations d'ivoire vers l'UE. (Belga)

Vos commentaires