Cet arbre de Bioul (Anhée) est un véritable témoin du passé: il était déjà attesté en tant que vieux tilleul... en 1497 ! (vidéo)

Cet arbre de Bioul (Anhée) est un véritable témoin du passé: il était déjà attesté en tant que vieux tilleul... en 1497 !

Ce soir au parlement européen, sera élu l'arbre européen de l'année: 13 arbres sont en compétition. Le candidat belge est un tilleul de Bioul, en province de Namur. Il a plus de 500 ans. Une équipe du RTL INFO 13h s'est rendue sur place.

Voilà bientôt 50 ans que Bernard vit à l’ombre du grand tilleul, à Bioul (Anhée). Un arbre exceptionnel qu’il ne se lasse pas de contempler et de photographier à toutes les saisons: "Parce qu’il a des racines exceptionnelles, la forme est très vieille, parce qu’il y a plein de boursouflures un peu partout. Il est dans la nature, il fait partie du paysage", explique-t-il.



Déjà attesté en tant que vieux tilleul en 1497

Haut de 21 mètres et d’une circonférence de 7 mètres, c’est l’un des plus gros tilleuls à petites feuilles du pays. Utilisé comme borne avant l’établissement du cadastre, il a traversé les siècles, échappant miraculeusement aux coups de hache et aux tronçonneuses. "Il est déjà attesté, d’un texte qu’on a retrouvé de 1497, et il est déjà attesté en tant que vieux tilleul à l’époque, donc il est probablement multi-centenaire, peut-être 600 ou 700 ans certainement", explique Olivier Carly, historien pour l’Agence wallonne du patrimoine.


"On sent qu’il a quelque chose à nous raconter"

Plus que millénaire, le gros chêne de Liernu (Eghezée) est lui présenté comme le plus vieil arbre du Benelux.



Un grand âge qui lui vaut d’être soutenu par des béquilles, en raison de l’intérêt patrimonial qu’il représente. "On le côtoie tous les jours, on le voit évoluer, on le voit changer de visage tous les jours et au fil des saisons, on sent qu’il a quelque chose à nous raconter… c’est un habitant du village", dit Olivier Noiret, de la Fondation wallonne pour la conservation des habitats. 

En Wallonie, on recense 22.914 arbres remarquables. Une reconnaissance censée les protéger, leur abattage nécessitant une autorisation. Les générations futures pourront encore les admirer.

Vos commentaires