En ce moment
 
 

C'est fait: plus aucune voiture non-électrique vendue en Europe dès 2035

C'est fait: plus aucune voiture non-électrique vendue en Europe dès 2035
 
 

Les 27 Etats membres de l'UE ont approuvé dans la nuit de mardi à mercredi le projet de la Commission de réduire à zéro les émissions de CO2 des voitures neuves en Europe à partir de 2035, imposant de facto les motorisations 100% électriques.

Cette proposition, annoncée par l'exécutif européen en juillet 2021, signifiera l'arrêt de facto des ventes de véhicules essence et diesel dans l'UE à partir de 2035. La mesure doit contribuer à atteindre les objectifs climatiques du continent, en particulier la neutralité carbone à l'horizon 2050.

Les hybrides toujours en réflexion

A la demande de quelques pays, dont l'Allemagne et l'Italie, les Vingt-Sept ont cependant accepté d'envisager un possible feu vert à l'avenir pour des technologies alternatives comme les carburants synthétiques ou les motorisations hybrides rechargeables si celles-ci permettent d'atteindre l'objectif de supprimer totalement les émissions de gaz à effet de serre des véhicules.

Un "amendement Ferrari"

Les ministres européens de l'Environnement, réunis à Luxembourg, ont également approuvé une extension de cinq ans de l'exemption des obligations en matière de CO2 accordée aux constructeurs "de niche" ou ceux produisant moins de 10.000 véhicules par an, jusqu'à fin 2035. Cette clause, dite parfois "amendement Ferrari", profitera notamment aux marques de luxe. Ces mesures doivent désormais être négociées avec les eurodéputés qui ont également déterminé ce mois-ci leur position sur la proposition de l'exécutif européen.

Pour mieux concurrencer Tesla et les marques chinoises

"Cela constitue un grand défi pour notre industrie automobile", a reconnu la ministre française de la Transition écologique, Agnès Pannier-Runacher, qui présidait la réunion de mardi. Mais elle a estimé qu'il s'agissait d'une "nécessité" face à la concurrence chinoise et américaine qui a largement misé sur les véhicules électriques considérés comme l'avenir de l'industrie. Ces décisions "en amont" vont "permettre une transition planifiée et accompagnée", a ajouté la ministre. 


 

Vos commentaires