En ce moment
 
 

Dopage: le parquet demande un nouveau procès pour Bernard Sainz

Dopage: le parquet demande un nouveau procès pour Bernard Sainz
Bernard Sainz lors de son procès le 4 juillet 2017 à CaenCHARLY TRIBALLEAU

Le parquet de Paris a récemment demandé un nouveau procès à l'encontre de Bernard Sainz, surnommé le "docteur Mabuse" du cyclisme, qui avait été épinglé en train de dispenser ses conseils de dopage en caméra cachée, ce qu'il réfute, a appris l'AFP vendredi de sources concordantes.

Bernard Sainz, 76 ans, a de son côté contre-attaqué en portant plainte contre l'émission Cash Investigation, dont l'enquête, diffusée en juin 2016, est à l'origine des nouvelles accusations de dopage à son encontre, a indiqué à l'AFP son avocat, Me Hector Bernardini, confirmant une information de L'Equipe.

Dans son réquisitoire définitif, daté du 6 septembre, le parquet a demandé le renvoi en correctionnelle de Bernard Sainz pour "aide ou incitation de sportif à l'utilisation de substances ou méthodes interdites", "exercice illégal de la profession de médecin" et "exercice illégal de la profession de pharmacien", a aussi confirmé son avocat.

Il revient désormais au juge d'instruction en charge de l'affaire d'ordonner un renvoi au tribunal correctionnel ou un non-lieu.

Ancien directeur sportif reconverti dans les soins, Bernard Sainz a déjà été condamné en appel à Caen 12 mois de prison avec sursis et 2.000 euros d'amende en février 2019, dans une autre affaire de dopage dans le monde du cyclisme amateur et semi-professionnel. Il a été cité dans plusieurs autres affaires, qui lui ont valu le surnom de "Docteur Mabuse".

Dans le reportage de Cash Investigation, réalisé en collaboration avec Le Monde, Bernard Sainz avait été filmé en caméra cachée en train de donner des protocoles de dopage à des cyclistes, notamment de l'EPO, des corticoïdes et du clenbutérol.

Faux, rétorque son avocat, pour qui "on a travesti le sens de ses propos". Sa plainte vise notamment des faits "d'escroquerie aggravée, association de malfaiteurs, atteinte à la vie privée et au droit à l'image ou violation du secret des correspondances numériques".

Coureur cycliste amateur dans les années 1960, Bernard Sainz s'est fait connaître en devenant directeur sportif adjoint d'une équipe professionnelle de premier plan (Fagor-Mercier puis Gan-Mercier), dont les vedettes étaient le légendaire Raymond Poulidor ou Cyrille Guimard.

Vos commentaires