En ce moment
 
 

En cinq lignes, Trump engage un tournant contre le sida aux Etats-Unis

En cinq lignes, Trump engage un tournant contre le sida aux Etats-Unis
Le président Donald Trump, avec le vice-président Mike Pence et la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, à Washington le 5 février 2019Doug Mills
sida

Trente-sept ans après les premiers cas, les Etats-Unis de Donald Trump veulent se donner les moyens de précipiter la fin du sida dans la prochaine décennie, une épidémie qui a changé les comportements sexuels de générations entières et persiste malgré les avancées médicales.

"Les percées scientifiques ont placé un rêve autrefois distant à portée de main", a déclaré le président républicain mardi lors de son discours annuel sur l'état de l'Union, au Congrès.

"Mon budget demandera aux démocrates et aux républicains de dégager les moyens nécessaires pour éliminer l'épidémie de VIH aux Etats-Unis d'ici dix ans", a-t-il indiqué.

Le plan présidentiel prévoit de réduire le nombre de nouvelles contaminations de 75% en cinq ans et de 90% en dix ans, par rapport aux quelque 38.000 contaminations annuelles actuelles.

L'annonce, pas encore chiffrée, a été accueillie positivement mais prudemment par les associations.

"Le but ne sera atteint qu'avec beaucoup de travail et d'investissements adéquats", a réagi un groupe d'organisations --dont AIDS United-- qui notent que, jusqu'à présent, l'administration républicaine était plutôt allée dans le sens inverse en cherchant notamment à réduire les budgets de la lutte anti-sida.

Une diminution de 90% permettrait de "mettre fin au sida comme fléau de santé publique", selon l'ONU, qui a adopté le même objectif au niveau mondial. La France veut aussi "éradiquer" l'épidémie d'ici 2030.

La petite minute consacrée par Donald Trump au VIH, dans un discours d'une heure et demie, a été précédée par six mois de préparatifs par des hauts responsables fédéraux de santé publique.

"Insérer cinq lignes dans le discours de l'état de l'Union est une tâche herculéenne", a expliqué mercredi Brett Giroir, ministre adjoint à la Santé, lors d'une conférence d'acteurs de santé publique à Washington.

Il l'a assuré: "Le président Trump le veut"..., "l'effort est sincère". "Nous pouvons changer le cours du VIH aux Etats-Unis pour toujours", a-t-il dit.

- Changement de modèle -

"Théoriquement, on peut éradiquer l'épidémie", explique Anthony Fauci, directeur de l'Institut des maladies infectieuses. "Toute la question est la mise en place".

Le gouvernement Trump va donc demander au Congrès pour 2020 une hausse "substantielle" des crédits afin d'envoyer dans les foyers de l'épidémie des moyens et des personnels supplémentaires.

"Il y aura de l'argent frais", a affimé Brett Giroir.

Les données sanitaires sont suffisamment précises pour cibler la réponse fédérale dans les régions qui concentrent la moitié des contaminations.

"Quand j'ai vu la carte, j'ai été choqué de découvrir qu'il ne s'agissait que de 48 comtés sur 3.000", a dit Robert Redfield, directeur des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC). "L'épidémie est très concentrée géographiquement".

Ces foyers se trouvent beaucoup dans le sud, à Miami en Floride, Atlanta en Géorgie... ainsi que dans la capitale fédérale Washington et à Porto Rico.

Il y aussi sept Etats où l'épidémie est surtout rurale, notamment dans l'Oklahoma et la Louisiane.

Depuis les années 1980, le préservatif est devenu omniprésent dans la sexualité de millions de personnes. Et un sujet de conflit sociétal aux Etats-Unis, où les conservateurs ont souvent refusé de le promouvoir au profit de campagnes d'abstinence.

Mercredi, lors d'un briefing d'une heure avec la presse, les plus hauts responsables sanitaires américains n'ont même pas prononcé ce mot.

La réponse privilégiée est désormais médicale: le traitement devient le socle de la prévention.

Avec les médicaments anti-VIH actuels, très efficaces, les personnes séropositives peuvent ne plus transmettre le virus et les personnes saines peuvent ne plus l'attraper si elles prennent un comprimé quotidien de PrEP (prophylaxie pré-exposition).

Mais trop de gens ignorent encore qu'ils ont le VIH et la quasi-totalité des contaminations américaines leur sont attribuées.

L'administration compte doper les campagnes pour toucher les groupes les plus concernés: homosexuels (deux tiers des infections), minorités ethniques et notamment les Noirs, consommateurs de drogues et les transgenres, mentionnés plusieurs fois mercredi matin malgré la politique anti-trans menée par la Maison Blanche par ailleurs.

Brett Giroir veut aussi que les médecins prescrivent le test VIH plus systématiquement, les accusant quasiment de laisser-faire. Les autorités veulent rendre ces tests "routiniers". Là encore, un changement de culture.

Vos commentaires