En ce moment
 
 

En Islande, les gaz émanant de la nouvelle éruption menacent un village

 
 

Des gaz nocifs émanant de la fissure volcanique près de Reykjavik menacent de polluer l'air d'un village à proximité de l'éruption et risquent d'atteindre Reykjavik, a déclaré vendredi l'Institut météorologique d'Islande (IMO).

L'IMO s'attend à une pollution de gaz particulièrement importante à Vogar, municipalité d'un millier d'habitants à environ cinq kilomètres au nord-est de Fagradalsfjall, vallée inhabitée où la lave jaillit.

Les gaz pourraient se répandre jusqu'à Reykjavik, située à 40 kilomètres du volcan, d'ici samedi.

Les concentrations de dioxyde de soufre pourraient atteindre jusqu'à 2.600 microgrammes par mètre cube, un niveau considéré comme "néfaste pour la santé des personnes sensibles", selon l'Agence islandaise pour l'environnement.

L'Office météorologique avertit cependant que les modélisations sont incertaines "du fait du débit très inégal de l'éruption".

L'avertissement est venu après que des mesures ont montré que l'activité volcanique de la fissure a réduit de moitié et que sa longueur a diminué d'environ 200 mètres.

Son débit estimé à 32 mètres cubes par seconde lors des premières heures a été divisé par deux le lendemain et n’est plus que d'environ 18 mètres cubes par seconde en moyenne, selon une évaluation effectuée dans la matinée de jeudi.

"Ce comportement est très similaire à ce que l’on observe habituellement lors des éruptions dans le pays : l’éruption est puissante au début puis s’atténue", écrit l’Institut des sciences de la Terre.

Le champ de lave s’étendait hier sur 144.000 mètres carrés. La fissure volcanique, craquelure dans la terre d’où gicle le liquide visqueux à 1.200°C, n’est toutefois plus aussi longue qu’à l’origine et s'étendrait désormais sur environ 130 mètres.

La pression dans le dike - le tunnel magmatique alimentant l’éruption - ne serait pas équilibrée, faisant dire aux géophysiciens que le flux pourrait augmenter ou qu’une éruption pourrait commencer à un nouvel emplacement.

"De nouvelles fissures peuvent s'ouvrir à proximité immédiate du site de l'éruption dans un délai très court", met en garde l’Office météorologique d’Islande.

Les visiteurs affluent pour entendre le sol gronder sous leurs pieds et rugir lorsque des fontaines de lave giclent des profondeurs.

Selon les compteurs installés depuis un an et demi par les autorités, plus de 4.200 curieux ont parcouru jeudi les 14 kilomètres aller-retour du chemin ardu pour atteindre le site sur la péninsule de Reykjanes dans le sud-ouest de l’Islande, à environ deux heures du parking le plus proche.


 

Vos commentaires