En ce moment
 
 

Il n'y avait pas une très bonne ambiance dans Apollo 11: "On les appelait les illustres étrangers"

50 ans de la marche sur la lune

19 juillet 1969. C’est presque la fin du voyage-aller pour les astronautes d’Apollo 11. Il est grand temps de se préparer pour le jour J.

Ce jour du 19 juillet, Apollo se place, enfin, en orbite autour de la Lune. Cela fait maintenant 3 jours que les astronautes vivent, confinés, dans leur capsule. Et ils sont de plus en plus impatients d’arriver.
"Il n'y avait pas une très bonne ambiance. on les appelait les 'illustres étrangers'. Donc, ils travaillaient, faisaient leur boulot mais il n'y avait pas de vraie fraternité entre eux contrairement à ce qu'on a connu dans les équipages d'après", raconte Pierre-Emmanuel Paulis, enseignant à l'Euro Space Center.

C‘est le moment de la séparation. Niel Armstrong et Buzz Aldrin embarquent dans le module lunaire. Michael Collins, lui, les attendra en orbite autour de la Lune. "Les aurevoirs vont être très brefs. Ils ne se sont pas donnés la main avec Collins, juste un petit signe de la main et puis il a fermé l'écoutille. Collins redoutait, il le dira plus tard, de ne jamais revoir ses collègues", poursuit Pierre-Emmanuel Paulis.

C’est vrai que la mission est risquée. Les astronautes pourraient ne jamais en revenir. Même le président américain, Richard Nixon, a prévu cette éventualité. "Le discours était prêt. Il était prévu qu'il téléphone d'abord aux épouses des astronautes et puis après qu'il prononce un discours à la télévision en hommage aux astronautes", nous apprend l'enseignant de l'Euro Space Center.

Dans quelques heures, Niel Armstrong fera donc son premier pas sur la Lune. Et c’est le pied GAUCHE qu’il devra d’abord poser. "Il est droitier. Donc s'il avait découvert un danger à la surface en tâtonnant avec le bout de sa botte gauche, il avait plus de force avec le pied droit pour donner une impulsion et remonter son pied gauche sur le premier échelon de l'échelle", explique Pierre-Emmanuel Paulis.

On croit d’ailleurs souvent que les célèbres photos d’empreinte sur la Lune sont celles du premier pas d’Armstrong. Pas du tout. Il s’agit du pied… du 2ème, Buzz Aldrin. "En fait, il n'existe pas de photo du premier pas de l'homme sur la Lune. Seul Armstrong avait un appareil photo. Aldrin n'en avait pas. C'est pour ça qu'il n'y a aucune photo d'Armstrong sur la Lune. Il y en a une mais il est vu de dos en train de travailler", révèle Pierre-Emmanuel Paulis.

Demain sera donc le grand jour. Demain, car c’est bien le 20 juillet, à 21h56, heure de la côte Est américaine, qu’Armstrong posera son pied sur la Lune. Décollage horaire, pour nous, il sera 3h56, le 21 juillet. Une fête nationale qui s’annonçait déjà… à plus d’un titre… historique. A demain.

Vos commentaires