En ce moment
 

En plein hiver, ils font pousser des asperges en Bavière... grâce à l'usine de papier juste à côté: "On peut récolter dès le mois de février"

En plein hiver, ils font pousser des asperges en Bavière... grâce à l'usine de papier juste à côté:

Les premières asperges sont déjà là, avec un bon mois d'avance. En tout cas, elles sont déjà dans les champs de la famille Baumann, en Bavière. Grâce à une méthode originale de récupération de l'énergie.

Dans les champs de la famille Baumann, dans le village de Stephansposching, en Bavière, les premières asperges de la saison sont déjà là. Prêtes à être récoltées, avec un bon mois d'avance. 

Ce petit miracle est possible grâce à un ingénieur agronome, spécialisé dans les énergies renouvelables, Christoph Neumeier. Il a travaillé avec la ferme Baumann et, ensemble, ils ont mis en place un système ingénieux. Jusqu'en 2013, la ferme utilisait des tuyaux d'eau chaude pour réchauffer la terre des asperges. Exactement comme le chauffage au sol dans les maisons. Ici, l'eau était chauffée par une chaudière au bois.

Plus tendres et avec plus de goût

À côté des champs d'asperges, il y a une usine à papier. Neumeier a l'idée d'utiliser la chaleur qui se dégage des eaux usées de l'usine pour chauffer la terre des champs. Ce système est vertueux : la ferme fait des économies car elle n'achète plus de bois, elle ne consomme plus d'énergie superflue et l'usine valorise ses eaux usées. Gagnant-gagnant.

Autre avantage, l'eau est désormais à une température parfaitement constante. Et donc, la terre aussi. "Ça maintient la terre à 18.5°C en permanence. Grâce à ça, nous pouvons déjà récolter les premières asperges", explique Christoph Neumeier.

"En fait, on peut même récolter des asperges dès le mois de février, ajoute l'ingénieur. Et comme la température du sol est constante, les cellules se développent de façon régulière, ça rend les asperges très tendres, avec un goût beaucoup plus prononcé."

Les 27 hectares de culture produisent 350 tonnes d'asperges par saison. En plus de produire plus longtemps, chaque récolte permet aussi de faire pousser plus d'asperges que dans un champs classique.

Par contre, l'installation a un prix : la ferme a dû investir 3.6 millions d'euros entre 2013 et 2016. Résultat, les gourmands doivent aussi payer plus cher pour manger des asperges avant tout le monde : entre 18 et 22€ le kilo.

Vos commentaires