En ce moment
 

Ils ont entre 9 et 16 ans et apprennent à programmer des robots: "Les épreuves, c’est vraiment bien"

90 jeunes de 9 à 16 ans ont participé ce samedi à une compétition de robotique à Ciney. Ils ont mis 3 mois pour préparer leurs robots et espèrent disputer le concours international. Sébastien Rosenfeld et Thomas Kinet ont rencontré ces passionnés de technologie pour le RTL INFO 19H.

13 équipes s’affrontent pour une place en finale pour la prestigieuse First Lego League. Elles ont 2 minutes 30 pour réussir des épreuves d’adresse sur le thème de l’eau. Romain, 13 ans vient d’Auderghem. "Vu que c’était la première année où on participait, on a appris en le faisant, donc je trouve qu’on s’en est quand même bien sortis", estime-t-il.


Des termes bien précis pour coter les jeunes

Âgés de 9 à 16 ans, ces jeunes francophones participent à la deuxième édition de ce concours de robotique. Hervé Docq, le directeur du centre de compétence Technobel, compte les points, tablette en main. "Lego nous fournit une application, avec des termes bien précis, ça repose sur les éléments visuels du tapis, quand une pièce tombe, elle doit bien être entre deux couleurs, ou dans des lignes bien définies. C’est le nombre de gouttes d’eau qui tombent…", détaille-t-il. 

 

"Les épreuves, c’est vraiment bien"

Ces enfants et adolescents connaissent parfaitement l’univers de la marque de jouets et se passionnent pour la mécanique et la programmation. "C’est le fait de programmer soi-même, les étapes, tout ça, chez moi je ne pouvais pas faire ça, il n’y avait pas d’épreuves, et ici, franchement, les épreuves, c’est vraiment bien", explique Guillaume, 12 ans.


 

Un système d'arrosage robotisé

L’enthousiasme n’est pas tout. Il faut aussi être créatif sur la problématique de l’eau. L’équipe d’Aaron, 11 ans, propose un système d’arrosage robotisé intégrant l’énergie solaire. "Tant que le robot charge, il ne s’éteindra pas, donc la plante pourrait être alimentée. Si vous partez en vacances deux semaines, elle sera alimentée deux semaines, sans mourir".


 
Ludique et pédagogique, cette compétition permet de créer des vocations. Les talents de demain sont déjà là. 

Vos commentaires