En ce moment
 
 

L'Amazonie ne s'appelle pas le "poumon de la planète" pour rien: voici pourquoi ces incendies inquiètent jusque chez nous

L'Amazonie ne s'appelle pas le
©RTL INFO

L'Amazonie, c'est la plus grande forêt tropicale du globe. Elle joue un rôle majeur pour l'équilibre de notre climat, c'est aussi un trésor de biodiversité. Pourquoi ces incendies doivent-ils nous inquiéter?

L'Amazonie, c'est un territoire d'Amérique du Sud immense, qui se déploie bien au-delà du Brésil: en réalité, il touche près de 9 pays.



La taille de cette forêt est si vaste qu'elle pourrait contenir 10 fois la France. En permanence, le climat est chaud et humide: c'est dû au travail des arbres qui la composent. Ils captent le CO2 dans l'air dans des proportions gigantesques, presque 10 fois la pollution émise en une année par la Chine, et la transforment en oxygène.

Le poumon du monde

C'est exactement pour cette raison qu'on l'appelle le "poumon du monde". "C'est le poumon parce que ça émet l'oxygène qui nous est indispensable pour vivre. Effectivement, ça capte le CO2 et ça le transforme en oxygène, et donc ça participe aussi à la diminution des émissions de gaz à effet de serre", explique Sébastien Doutreloup, climatologue à l'Université de Liège. 

L'Amazonie, c'est aussi le territoire d'une faune extraordinairement variée: un quart des espèces de cette planète y vivent. Mais c'est aussi une réserve d'eau très importante: on y trouve 20% de l'eau douce sur Terre, en dehors des glaciers.


En 50 ans à peine, 20% de la surface de l'Amazonie est partie en fumée

Lorsque l'on sait qu'en 50 ans à peine, 20% de la surface de l'Amazonie est partie en fumée, il y a de quoi s'inquiéter des conséquences sur notre climat. "Beaucoup d'émissions de fumées, tout ça, c'est aussi des gaz à effet de serre, et donc ces gaz à effet de serre vont participer au réchauffement climatique global", ajoute le climatologue.

L'impact qu'aurait la transformation totale de cette forêt en une plaine lisse comme une savane n'a pas encore été calculé par la communauté scientifique, qui n'a jamais imaginé que cette planète puisse vivre un jour sans poumon.

Vos commentaires