L'ESA célèbre 50 ans de présence à Redu en compagnie de Thomas Pesquet

espace

(Belga) L'agence spatiale européenne (ESA) a célébré, mardi, les 50 ans de son centre installé depuis 1968 en bordure du petit village ardennais de Redu, dans la commune de Libin, en province de Luxembourg. Un anniversaire rehaussé par la présence du l'astronaute français "star" de l'ESA, Thomas Pesquet, qui a séjourné 196 jours à bord de la station spatiale internationale entre novembre 2016 et juin 2017. Le ministre fédéral de la Mobilité, François Bellot, et le ministre-président wallon, Willy Borsus, avaient aussi été conviés, parmi d'autres personnalités.

Initialement, le site de l'ESA, reconnaissable grâce à ses antennes, installé dans une cuvette, entre champs et forêts, était spécialisé dans le suivi de satellites. Le centre spatial a évolué au fil des années, grâce aussi à la présence de partenaires privés, et devrait en plus jouer un rôle majeur en matière de cyber-sécurité. L'ESA y a aussi développé des programmes éducatifs. Le site porte désormais le nom de "European Space Security and Education Center", soit ESEC en abrégé. Au départ de cette présence de l'ESA à Redu, le domaine du spatial a rayonné dans la région. Toujours sur le territoire de la commune de Libin, l'Euro Space Center a été ouvert comme outil éducatif pour le grand public au début des années 90, en bordure de l'E411 à Transinne. Un centre d'entreprises dédiée au spatial a ensuite été bâti à côté et un zoning, Galaxia, est appelé à évoluer en bord d'autoroute. En décembre dernier, le centre logistique du programme européen de navigation par satellites Galileo était aussi inauguré à Transinne. "La Belgique a toujours joué un rôle précurseur dans le domaine spatial et le site de Redu en est la brillante démonstration", a affirmé le ministre Bellot. "Le centre ESA de Redu est loin d'être vieux à 50 ans", a, lui, estimé le ministre-président wallon Willy Borsus. A l'occasion de sa venue en Belgique, Thomas Pesquet, a aussi donné une conférence devant plus 600 personnes, dont de nombreux enfants, à l'Euro Space Center. Des écrans avaient été installés dans des salles annexes pour les personnes qui n'avaient pu obtenir leur ticket. En tout un millier de personnes étaient présentes. Thomas Pesquet a souligné la complémentarité des programmes spatiaux, que cela soit les "visibles" dont ceux des astronautes et ceux menés sur terre. "Rencontrer un astronaute en soi n'est pas intéressant car c'est plus important d'expliquer ce qu'il fait et en quoi le spatial est un secteur dynamique", a-t-il déclaré en fin visite du site de Redu. (Belga)

Vos commentaires