En ce moment
 
 

La Belgique et d'autres pays européens ont perdu: sous la pression de la France et l'Italie, le vote sur le GLYPHOSATE est ajourné

La Belgique et d'autres pays européens ont perdu: sous la pression de la France et l'Italie, le vote sur le GLYPHOSATE est ajourné

Le comité technique chargé de se prononcer sur le renouvellement pour l'UE de l'autorisation du glysphosate, un herbicide controversé, a dû ajourner son vote attendu jeudi car aucune majorité qualifiée ne s'est dégagée parmi les Etats membres, a annoncé la Commission européenne.

"Puisqu'il était clair qu'aucune majorité qualifiée ne serait atteinte, le vote n'a pas été engagé", a expliqué un porte-parole dans un bref communiqué, ajoutant que la Commission allait désormais prendre le temps de la réflexion pour analyser les discussions qui se sont tenues mercredi et jeudi à Bruxelles.

Mais l'échéancee approche: l'homologation du glyphosate court jusqu'à la fin du premier semestre, soit le 30 juin.

"Si aucune décision n'est prise avant le 30 juin, le glyphosate ne sera plus autorisé dans l'UE et les Etats membres devront retirer les autorisations de tous les produits à base de glyphosate", a prévenu la Commission.


Le principal syndicat agricole européen veut la prolongation du glyphosate

La substance est l'herbicide le plus utilisé en Europe, et son homologation est défendu par le principal syndicat agricole européen.

C'est la deuxième fois que le comité technique ne parvient pas jusqu'au vote sur ce dossier très sensible après un précédent report au mois de mars.

Selon une source européenne, plusieurs pays membres n'ont pas encore donné de position claire sur le sujet.

D'autres en revanche, comme la France ou le Luxembourg, ont affiché publiquement leur opposition au renouvellement de l'autorisation du glyphosate.

Selon une source diplomatique, parmi les pays les plus réticents "la France et l'Italie ont insisté sur le fait qu'on ne pouvait pas décider d'une autorisation en l'absence d'une étude claire de l'ECHA", l'Agence européenne des produits chimiques, sur les effets du glyphosate.

La Commission "a pris bonne note et a donc suspendu le vote", a expliqué à l'AFP cette source diplomatique.

La ministre de l'Environnement française Ségolène Royal a aussitôt qualifié sur Twitter de "très bonne nouvelle" la suspension du vote.


Monsanto enrage: "Situation discriminatoire"

Pour le Glyphosate Task Force (GTF), un consortium de sociétés phytosanitaires emmené par le géant américain Monsanto, le retard pris dans les dernières étapes "ne fait qu'exposer la politisation accrue" de la procédure de renouvellement.

"Le GTF estime que la situation est discriminatoire, disproportionnée et totalement injustifiée", a déclaré son président Richard Garnett, cité dans un communiqué.


Ecolo: "Nous espérons que le ministre fédéral de l'Agriculture, Willy Borsus, va entendre le message des citoyens"

"Bonne nouvelle, l'espoir persiste. L'absence de majorité qualifiée au sein du comité des experts nationaux pour prolonger l'autorisation du glyphosate reporte le vote. Le combat continue néanmoins. Nous espérons que le Ministre fédéral de l'Agriculture Willy Borsus (MR) va enfin entendre le message des citoyens, de la communauté scientifique et des écologistes !", s'est réjoui la députée fédérale Muriel Gerkens.

Pour les écologistes, ni la Commission européenne ni le gouvernement belge ne peuvent continuer de défendre des propositions de prolongation sans répondre aux préoccupations sanitaires étayées par diverses études.

Vos commentaires