La démission de Hulot, "tragédie" pour Jane Goodall et Edgar Morin

La démission de Hulot,
Jane Goodall le 9 juin 2018 en OugandaSUMY SADURNI

La démission de Nicolas Hulot du gouvernement est "une tragédie" pour l'écologie, mais pourrait s'avérer porteuse d'une "prise de conscience" des enjeux auxquels fait face la planète, estiment la primatologue Jane Goodall et le sociologue Edgar Morin, dans un entretien à Libération paru lundi.

"Cela démontre tragiquement que même quelqu'un qui se soucie autant que lui de l'environnement et qui se trouve à un poste de ministre se trouve impuissant", et que "les politiques ne sont toujours pas prêts à prendre les bonnes décisions", estime la primatologue, dans un entretien en commun avec Edgar Morin, à l'occasion du festival Climax qui se déroulait ce week-end à Bordeaux.

"C'est une tragédie, qui révèle qu’il y a deux univers mentaux, psychologiques, intellectuels qui sont incapables de se comprendre l’un l’autre", l’univers "techno-économique, celui de nos dirigeants, qui domine notre société et ne voit le monde qu’à travers des chiffres", et celui de "la tragédie humaine de la planète qui se dégrade, la nécessité de changer totalement de voie, d’abandonner ce pseudo-scientifique libéralisme économique", abonde Edgar Morin.

Cependant, "cela peut être l’occasion de développer une prise de conscience qui a commencé. Et Nicolas Hulot ne peut plus échapper à sa mission, qui est d’être le porte-voix de cette nouvelle voie", celle d'une "consommation utile et saine" et de "la nourriture de proximité et écologique", estime le sociologue, alors que des marches pour le climat ont réuni des dizaines de milliers de personnes samedi en France.

Nicolas Hulot a annoncé fin août sa démission du ministère de la Transition écologique, faute selon lui d'avoir obtenu des avancées suffisantes.

Vos commentaires