La planète et les enjeux climatiques vus de l'espace avec une astronaute: "Quand vous voyez la déforestation en Amazonie, vous êtes frappés… Ça pose des questions"

Toutes ces discussions sur le climat animent également des personnalités emblématiques, comme Claudie Haigneré, la première femme française à s'être rendue dans l'espace. Elle était de passage en Belgique pour recevoir le titre de docteure honoris causa de l'université de Louvain. Elle nous livre son regard d'astronaute : vu de l'espace, quels sont selon elle les enjeux clé pour la planète ?

La Terre est-elle toujours belle depuis l'espace ?

"On est toujours frappé, émerveillé par cette planète bleue et blanche. Et la ville on la voit bien : on voit les lumières de la ville. On voit aussi les éléments naturels : on peut suivre des cyclones qui développent, on peut voir les incendies de forêt. Donc, on a vraiment cette vision très large sur la planète qui nous montre sa beauté mais aussi sa vulnérabilité, sa fragilité."


Quels dangers voit-on depuis l'espace ?

"La nuit, on voit les lumières des villes, et donc les répartitions des populations qui sont très proches des continent et des océans. Et donc bien évidemment, les élévations du niveau des mers, ce sont des choses qui sont quantifiées aujourd'hui. On sait bien qu'à un moment donné, si on ne gère pas bien ces éléments, il y aura des conséquences."


La Terre a-t-elle changé à cause de l'Homme ?

"J'ai eu la chance de faire deux missions spatiales et déjà entre la première en 1996 et la mission de 2001, oui, il y a des choses qui ont changé à la surface de la planète. Quand vous voyez la déforestation en Amazonie, c'est vrai que vous êtes frappés par cette évolution, donc ça pose des questions et le questionnement est plus fort quand on le voir à distance comme ça."


La conquête de l'espace peut-elle sauver la planète ?

"Je crois que la plus belle conquête de l'espace, c'est d'avoir permis ce regard sur la planète Terre, et je crois que la conscience écologique elle est née de ce regard décalé depuis l'espace, les années 60 et les premiers vols dans l'espace."


Faut-il être optimiste pour le futur ?

"Moi je ne suis non pas optimiste, je suis déterminée. Et je crois qu'un des sujets majeurs, c'est l'éducation : prendre conscience, avoir des éléments de compréhension et d'analyse et avoir des clés pour utiliser les outils que nous donne la science et la technologie."

Vos commentaires