En ce moment
 

les handballeurs se mobilisent contre les cadences infernales

les handballeurs se mobilisent contre les cadences infernales
La star du PSG Nikola Karabatic en Final Four de Ligue des champions de hand contre EHF Pokal, le 27 mai 2018 à Cologne Patrik STOLLARZ
sport

Les meilleurs handballeurs du monde se mobilisent mercredi sur les réseaux sociaux pour protester contre les cadences infernales qui leur sont imposées, tant chez les hommes que chez les femmes.

Les joueurs ont choisi de diffuser sur Twitter une vidéo intitulée "Don't play the players (ne jouez pas avec les joueurs)" pour se faire entendre. Parmi eux Nikola Karabatic (PSG).

"Les conséquences sont nombreuses et irresponsables envers la santé des joueurs et elles sont finalement mauvaises pour notre sport", dit le joueur du PSG dans ce film tourné à l'initiative du syndicat des joueurs européens de handball (EHPU) et diffusé sous le hashtag #DontPlayThePlayers.

Les joueurs jugent que le nombre de matchs disputés, jusqu'à 80 par saison pour certains, est excessif et se plaignent de ne pas être écoutés par les dirigeants.

"Les décisions sont prises sans qu'il soit tenu compte de la charge de travail pour les joueurs et de son impact sur leur intégrité physique et mentale", dit l'arrière croate du Paris SG Luka Stepancic.

"La conséquence est de nous faire jouer de plus en plus sans prendre en considération le nombre total de matches dans une saison ni la pression exercée sur les joueurs", ajoute une autre star du PSG, l'Allemand Uwe Gensheimer.

- "Écoutez les joueurs!" -

"Ne jouez pas avec les joueurs! Écoutez les joueurs! Joueurs de handball, unissez vous!", lancent à l'adresse des instances dirigeantes les participants à cette vidéo, dans laquelle apparaissent entre autres les Montpelliérains Vincent Gérard, Michaël Guigou, Melvyn Richardson et Valentin Porte, la Suédoise de Brest Isabelle Gullden et de nombreux joueurs évoluant dans les plus grands clubs étrangers.

La colère était montée d'un cran à l'issue du dernier Mondial en Allemagne et au Danemark, marqué par de nombreuses blessures dont celles des Français Cédric Sorhaindo et Cyril Dumoulin.

Les demi-finalistes avaient disputé dix matches en dix-sept jours dans quatre villes différentes, occasionnant des transferts éprouvants. La formule avait alors été jugée "insensée" par le sélectionneur Didier Dinart, et Vincent Gérard avait clamé que les joueurs n'étaient "pas de la viande".

Or la compétition passera de 24 à 32 équipes à partir de l'édition 2021 en Egypte.

"En respectant des jours de repos, on s'assure que les joueurs sont prêts et qu'ils peuvent donner le maximum sur le terrain", dit dans la vidéo le Danois du PSG Mikkel Hansen, qui vient de recevoir le trophée de meilleur joueur du monde.

Vos commentaires