En ce moment
 
 

Les médicaments de sevrage tabagique mieux remboursés dès le 1er février

Les médicaments de sevrage tabagique mieux remboursés dès le 1er février

(Belga) A partir du 1er février 2019, les fumeurs paieront nettement moins pour tester un traitement de sevrage tabagique et ils se verront rembourser jusqu'à trois tentatives de sevrage tous les cinq ans, annonce samedi la ministre de la Santé publique Maggie De Block.

"Les médicaments de sevrage tabagique peuvent aider les fumeurs à se débarrasser de leur accoutumance, mais leur prix était un obstacle pour certains. C'est pourquoi nous améliorons le remboursement. Pour tous ceux qui ont comme bonne résolution d'arrêter de fumer en 2019, ça peut être un coup de pouce en plus", se félicite Mme De Block. Avant d'accéder à un traitement de sevrage tabagique complet, les fumeurs doivent se procurer un kit de démarrage à tester pendant deux semaines. Ce kit, vendu au prix de 49,95 euros, était jusqu'ici entièrement à charge du patient. A partir du 1er février, la quote-part personnelle s'élèvera à 9,80 euros pour les bénéficiaires du régime préférentiel et à 14,80 euros pour les autres personnes. De plus, les fumeurs auront droit à trois traitements complets remboursés tous les cinq ans, au lieu d'un total de deux traitements auparavant. "Cela veut dire qu'un fumeur qui ne serait pas parvenu à arrêter après trois tentatives en cinq ans aura à nouveau droit à trois nouveaux traitements remboursés", appuie la ministre. "Certaines personnes arrivent plus facilement à arrêter de fumer que d'autres. Une chose est certaine: les chances de réussite augmentent fortement à chaque tentative", ajoute-t-elle. En 2017, 14.761 fumeurs ont reçu une prescription pour un traitement de sevrage tabagique. En 2016, il s'agissait de 20.051 fumeurs. La procédure pour instaurer un paquet neutre pour les cigarettes, autre mesure antitabac prise par le gouvernement fédéral, est elle toujours en cours. "Une notification européenne était nécessaire. L'Italie et Cimabel (la fédération belgo-luxembourgeoise des fabricants de cigarettes, NDLR) ont notamment réagi, allongeant le délai jusqu'au 11 mars 2019. La procédure pourra ensuite continuer afin que nous puissions publier cet arrêté royal au plus vite", précise le cabinet de la ministre. (Belga)

Vos commentaires