Numéros INAMI: la FEF dénonce une prise d'otages des étudiants francophones

Numéros INAMI: la FEF dénonce une prise d'otages des étudiants francophones

(Belga) La Fédération des étudiants francophones (FEF) voit dans la décision de Maggie De Block "une prise d'otages des étudiants francophones et ce à des fins électorales". La ministre des Affaires sociales et de la Santé a indiqué qu'elle ne libérera plus de numéros INAMI surnuméraires pour les étudiants candidats médecins francophones en l'absence de "filtre efficace" limitant le nombre d'entrées dans les universités du sud du pays.

"Après la crise des numéros INAMI de 2014, la ministre avait contraint la Communauté Française à mettre en place un filtre à l'entrée en échange de l'obtention de numéro INAMI surnuméraires et de garantir ainsi l'avenir des étudiants déjà dans le cursus. La Communauté a tenu cette promesse mais la ministre a aujourd'hui choisi de la trahir prenant ainsi en otage les étudiants de l'actuelle promotion en menaçant plusieurs centaines d'entre eux de ne pas obtenir le fameux sésame au terme de six années d'études", affirme la FEF. Selon la Fédération, une telle position va à l'encontre de la réalité de terrain en Belgique francophone où la pénurie est établie "tant en Wallonie avec 144 communes déclarées en état de pénurie, qu'à Bruxelles qui connaît un besoin urgent de 500 nouveaux médecins". "Au total, ce sont plus de 6 communes sur 10 en Wallonie et à Bruxelles qui se trouvent dans une situation de pénurie de médecins généralistes tandis que les spécialisations d'urgentiste, de pédiatrie, gériatrie et psychiatrie ne sont pas en reste." La FEF n'exclut pas de mener "des actions fortes" afin de protester contre cette position. (Belga)

Vos commentaires