Plus de 70 citadins wallons vont mesurer pendant un mois la qualité de l'air

(Belga) A l'initiative de Greenpeace, 74 familles wallonnes ont installé à leur fenêtre un dispositif de mesure de la qualité de l'air. Les données récoltées pendant quatre semaines à partir de ce vendredi seront publiées à la veille des élections locales. Le réseau de mesure officiel de la Wallonie n'est pas représentatif de la situation au cœur des grandes villes wallonnes, déplore l'ONG de défense de l'environnement, qui veut démontrer que la Région sous-estime l'exposition de ses habitants à la pollution.

A la suite d'un appel à candidature, 74 citoyens ont été équipés d'un outil composé de deux tubes qui récoltent la pollution atmosphérique et plus particulièrement le dioxyde d'azote (NO2). Ce vendredi, ces tubes seront "décapsulés" pendant un mois afin de donner une idée de la qualité de l'air dans les six plus grandes villes wallonnes. Tous les participants habitent en effet dans les centres-villes de Tournai, Mons, Charleroi, La Louvière, Namur et Liège. Soit des rues où le trafic routier est important, mais où aucune station de mesure officielle n'a été placée. Les données seront analysées par le laboratoire néerlandais Buro Blauw, puis publiées début octobre. Au même moment en Flandre, l'Université d'Anvers, l'agence flamande de l'environnement (Vlaamse Milieumaatschappij) et le quotidien De Standaard communiqueront les résultats de l'opération CurieuzeNeuzen, dans le cadre de laquelle 20.000 familles et organismes flamands ont mesuré les concentrations de dioxyde d'azote dans leur rue. Greenpeace, qui a par ailleurs cité le gouvernement wallon en justice fin mars pour obtenir des mesures "crédibles" dans les zones urbaines, espère conscientiser les citoyens. Mais aussi faire bouger les responsables politiques, à l'approche des élections locales. Le dioxyde d'azote, un gaz issu de la combustion des carburants, peut altérer le fonctionnement des poumons. D'après l'Agence européenne pour l'environnement, il est responsable chaque année de 2.320 décès prématurés en Belgique. (Belga)

Vos commentaires