En ce moment
 
 

Ramsay-Générale de Santé se remet d'une cyberattaque

Ramsay-Générale de Santé se remet d'une cyberattaque
Ramsay-Générale de Santé, leader français de l'hospitalisation privée, est parvenu à relancer ses infrastructures informatiques, après avoir subi une attaque informatique la semaine dernièreFRED TANNEAU

Ramsay-Générale de Santé, leader français de l'hospitalisation privée, a confirmé lundi à l'AFP être parvenu à relancer ses infrastructures informatiques, après avoir subi une attaque informatique la semaine dernière, qui touchait 120 établissements en France.

"Ce lundi matin, l’essentiel de nos systèmes informatiques était relancé, nos infrastructures informatiques sont restaurées. Notre priorité est maintenant de veiller à assurer une stabilité de fonctionnement de ces outils, dans chacun de nos établissements", a déclaré la porte-parole du groupe à l'AFP.

Ramsay a également confirmé qu'"aucune donnée personnelle n'a été dérobée durant cette attaque".

Le virus informatique avait touché "la messagerie et d'autres applications métiers" utilisées par le groupe dans la gestion de ses établissements, bloquant son système informatique et forçant ses employés à "revenir au papier et au crayon pour gérer les plannings", avait-elle expliqué mercredi.

L'attaque informatique n'avait en rien dégradé la sécurité des patients ni la continuité des soins dans les 120 établissements du groupe Ramsay d'origine, selon la porte-parole du numéro un français de l'hospitalisation privée. Les 20 établissements du groupe Capio, acquis par Ramsay en 2018, n'étaient pas concernés.

Né en juillet 2015 de la fusion des groupes Générale de Santé et Ramsay Santé, Ramsay-Générale de Santé couvre l'ensemble de la chaîne de soins: médecine-chirurgie-obstétrique, cancérologie, soins de suite et de réadaptation et hospitalisation à domicile.

En 2017, le service public de santé britannique, NHS, avait été victime de l'attaque mondiale réalisée avec le rançongiciel NotPetya. Celle-ci s'était étendue à 150 pays, paralysant notamment la majorité des banques ukrainiennes, le géant russe de l'énergie Rosneft ou le groupe français Saint-Gobain.

Vos commentaires