Un dresseur britannique et un producteur géorgien vainqueurs du festival du cirque

Un dresseur britannique et un producteur géorgien vainqueurs du festival du cirque
Cérémonie d'ouverture du 43e festival international du cirque de Monte-Carlo le 17 janvier 2019 à MonacoSebastien NOGIER

Le 43e festival international du cirque de Monte-Carlo a décerné dimanche soir sa plus haute distinction, le clown d'or, au dresseur de fauves britannique Martin Lacey Jr, ex-aequo avec le producteur géorgien Gia Eradze, venu avec six numéros dont ses fameuses cavalières "djiguites".

Virtuose des acrobaties à cheval, cette troupe composée exclusivement de femmes galope à un rythme ahurissant sur la piste en réalisant des figures audacieuses, à cheval sur leur monture: chandelles, planches, rotations autour de l'encolure, ramassé de mouchoir, etc.

Gia Eradze, venu au cirque par passion, contre la volonté de ses parents, mélange dans ses spectacles la grande tradition slave et une scénarisation moderne. Son goût des costumes somptueux est mis en valeur dans un numéro de couples transformistes émergeant de six oeufs géants, ou dans la féérie blanche du numéro "White Bloc" qui met en scène un cheval ailé, une acrobate flottant sous la coupole et une équilibriste sur cannes évoluant à la surface d'un piano à queue entièrement serti de cristaux Swarovski.

Gia Eradze, lui-même dresseur de fauves, est actuellement à la tête de trois grands programmes de cirque en Russie.

Autres vainqueurs de la compétition opposant 150 artistes de 15 nations, les deux athlètes ukrainiens du duo Just 2 Men ont remporté un clown d'argent pour leur travail spectaculaire d'équilibre aux sangles aériennes.

Egalement clown d'argent, les trapézistes volants Aliev, les voltigeurs de la troupe Filinov spécialistes des réceptions ultra-périlleuses à la double balançoire russe et la troupe acrobatique de Chine, dont l'artiste Xing Yunwei donne le vertige, à huit mètres de hauteur, sur des cannes flexibles lancées par un partenaire et empilées à la verticale.

Le programme, huit heures de spectacle qui seront retransmis à des millions de téléspectacteurs dans vingt pays, faisait la part belle cette année aux clowns dont deux numéros ont été récompensés d'un clown de bronze: le trio russe "Without Socks" et le cocasse et maladroit Cesar Dias, venu du Portugal avec son harmonica et sa scie musicale.

Clown de bronze ex-aequo: la famille française Gärtner et ses éléphants, le quatuor d'acrobates voltigeurs russes Prilepin, le duo de trapézistes australo-américain "The Owl and the Pussy Cat", le duo de main à main monégasque "Charlotte et Nicolas".

En marge du festival, la Fédération mondiale du cirque a tenu une assemblée générale placée sous le signe du combat pour la reconnaissance du cirque comme l'égal d'autres arts, tels que l'opéra ou le théâtre. Au niveau de l'Union européenne, un premier point a été marqué fin 2018 avec la création d'un label, le "Big Top Label", porté par un eurodéputé hongrois István Ujhelyi et remis à trois établissements remplissant des exigences de qualité.

Vos commentaires