En ce moment
 
 

Un surfeur tué par un requin à La Réunion

Un surfeur tué par un requin à La Réunion
Un panneau rappel le danger dû à la présence de requins, à Saint-Leu à La Réunion le 26 mars 2019Richard BOUHET

Un homme âgé de 28 ans qui surfait au large de Saint-Leu (La Réunion) est mort jeudi après-midi après avoir été attaqué par un requin, a appris l'AFP auprès des pompiers.

Le surfeur a été attaqué à 16H30 locales (14H30 à Paris) par un squale, qui lui a arraché une jambe. Son corps a ensuite dérivé et a été repêché quelques minutes plus tard au port de Saint-Leu, situé à l'ouest de l'île, où le décès a été déclaré, ont indiqué à l'AFP les pompiers.

Le surfeur "était accompagné de trois amis, qui ont essayé de le ramener à terre mais n'y sont pas parvenus", a précisé à l'AFP le sous-préfet de Saint-Paul, Olivier Tainturier.

"Sortie de l'eau par la brigade nautique, la victime présentait de profondes blessures. Malgré l'intervention des secours, elle n'a pu être ranimée", a pour sa part indiqué la préfecture dans un communiqué.

Le préfet de La Réunion, Amaury de Saint-Quentin, a par ailleurs lancé des opérations de pêche ciblées dans le secteur où a eu lieu l'attaque, une procédure déclenchée après chaque charge de squale.

Il s'agit de la 24ème attaque de requin sur l'île française depuis "la crise des requins", observée depuis 2011, et la 11ème mortelle.

La moitié de ces attaques concernaient des surfeurs et de bodyboardeurs.

Jeudi matin, avant l'attaque mortelle, la préfecture de La Réunion avait lancé un appel à "la plus grande vigilance".

"La Réunion rentre dans une période transitoire entre l'été et l'hiver austral, avec des fronts de houle australe recherchés par les pratiquants d'activités nautiques. Or, la fréquentation des côtes réunionnaises par les requins bouledogue, potentiellement dangereux, se fait plus importante au fur et à mesure que l'on rentre dans l'hiver austral avec un refroidissement saisonnier de la température de l'eau de mer", avaient mis en garde les services de l'Etat dans un communiqué.

Vos commentaires