Une décision en fin de semaine sur le brevet du médicament de Gilead contre l'hépatite C

(Belga) Les chambres de recours de l'Office européen des brevets se pencheront dans les prochains jours sur un recours introduit l'an dernier par un groupe international d'associations qui conteste un brevet accordé à la firme pharmaceutique américaine Gilead Sciences pour son très onéreux traitement antiviral à action directe contre l'hépatite C. Médecins sans Frontières (MSF) et Médecins du Monde (MdM), entre autres, sont parties prenantes dans cette action, aux côtés d'organisations d'une quinzaine de pays.

Selon MSF, qui communique mardi sur le sujet, une audition publique aura lieu les 13 et 14 septembre. Une décision de l'OEB devrait ainsi tomber jeudi ou vendredi. Le médicament en question, vendu sous la marque Sovaldi, est basé sur la molécule sofosbuvir. Il fait partie des antiviraux à action directe (AAD) qui ont créé ces dernières années une petite révolution dans le traitement de l'hépatite C. Au même titre que d'autres antiviraux contre l'hépatite C, le Sovaldi est remboursé en Belgique pour différents types de patients, ceux qui sont déjà atteints à un stade relativement avancé. Les critères de remboursement par l'Inami ont été élargis en janvier 2017, alors que le prix du traitement est prohibitif. On parlait alors d'environ 40.000 euros par patient, la facture serait, selon MSF, de 43.000 euros par personne en Belgique pour 12 semaines de traitement. "En revanche, dans les pays où le sofosbuvir n'est pas protégé par un brevet, le même traitement ne coûte que 52 euros. Des études ont en outre montré que le coût de fabrication est de 0,50 euro par comprimé (un jour de traitement)", note l'organisation. Le risque du coût élevé du traitement: qu'il pèse de manière excessive sur le budget des soins de santé d'un pays et qu'il soit, en conséquence, rationné ou limité à un groupe très réduit de patients départagés par des critères draconiens alors que le médicament pourrait bénéficier à un plus grand nombre. Le brevet dont bénéficie Gilead Sciences pour le sofosbuvir, entre autres pour le marché belge, lui confère une situation de monopole dans plusieurs pays européens, qui empêche la commercialisation chez nous de génériques du même traitement, qui existent pourtant déjà. (Belga)

Vos commentaires