Infatigable, Martine récolte des fonds depuis 27 ans pour le Télévie: "On doit savoir qu'on s'engage avec le coeur" (vidéo)

Dans une semaine, nous clôturerons ensemble notre 30ème Télévie, avec peut-être une très belle somme pour nos chercheurs. Depuis de nombreuses années, des centaines de bénévoles, au grand coeur, se mobilisent pour récolter des fonds. Pour Martine Allard, originaire de Tournai, c'est son 27ème Télévie. Avec son comité, elle a déjà récolte plus d'1,5 million d'euros.

Martine, une bénévole infatigable, a donné vie au premier comité Télévie dans le Tournaisis. Impossible pour elle d’estimer le nombre de produits vendus en 27 ans.

Sa récolte de fonds a débuté en 1992. Alors jeune maman. "J’ai vu des reportages dans des cliniques avec ces enfants qui avaient la leucémie et je venais d’avoir un enfant. Je me suis demandé ce que j’allais faire s’il lui arrivait la même chose", raconte-t-elle. "Je me suis lancée tout de suite."

Depuis, Martine a monté les actions par dizaines. Des marches, des repas, des joggings, des réunions country...


"Ce petit bonhomme était une leçon de vie"

Ces 27 années ont été marquées par de grands moments, comme le train Télévie. Et surtout par des rencontres. Avec les amis du Télévie. Et surtout Bichon. "Bichon… Ce petit bonhomme était une leçon de vie et de courage. Avant de partir, il nous a demandé de ne jamais baisser les bras et pour lui je ne baisserai jamais les bras", confie-t-elle.


"Je ne suis pas fier mais heureuse de faire cela"

Dans la boite à souvenir de Martine, voici les produits qui ont permis de faire appel à la générosité au fil de toutes ces années. Cette année, avec la quinzaine de bénévoles qui l’entourent, Martine passe le cap du million et demi d’euros récoltés pour la recherche. 

"Depuis 27 ans, je peux donner ce que j’ai encore en trop et mon plus grand bonheur est de pouvoir aider un peu les autres. Je ne suis pas fier mais heureuse de faire cela. Si on s’engage à œuvrer pour le Télévie, on doit savoir qu’on s’engage avec le cœur", conclut-elle.

Vos commentaires