En ce moment
 

"Kazakhgate": Airbus entendu par un juge et placé sous le statut de témoin assisté

(Belga) Le groupe aéronautique européen Airbus a été placé vendredi sous le statut de témoin assisté, intermédiaire entre le témoin et l'inculpé, à l'issue d'une audition par les juges d'instruction enquêtant sur l'affaire de corruption présumée du "Kazakhgate", a-t-on appris de sources concordantes.

"Airbus a été placé sous le statut de témoin assisté dans le cadre d'une procédure en pleine coopération avec la justice française à la suite d'une audition d'un de ses représentants", a indiqué à l'AFP un porte-parole du groupe sans mentionner l'enquête en question. Selon une source proche du dossier, Airbus était convoqué en vue de son placement sous ce statut dans le cadre de l'enquête du "Kazakhgate" portant sur des soupçons de corruption en marge de contrats commerciaux conclus entre la France et le Kazakhstan sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Cette audition du groupe en tant que personne morale est intervenue "à la demande des juges d'instruction suite aux enquêtes internes que mène Airbus", a précisé le groupe. Dans l'enquête du Kazakghate, ouverte en mars 2013, notamment pour "corruption d'agents publics étrangers", les juges cherchent à établir si la signature des contrats a donné lieu à des versements de commissions illégales à des intermédiaires. En octobre 2010, Paris et Astana avaient annoncé un accord pour la fourniture de 45 hélicoptères EC 145 fabriqués par Eurocopter, filiale d'EADS, devenu Airbus Helicopters, un centre de satellites d'Astrium (ex-EADS devenu Airbus group) et 295 locomotives Alstom. Montant total des contrats qui ont été finalisés par la suite: environ deux milliards d'euros. Airbus est sous le coup de plusieurs enquêtes anti-corruption en Europe et notamment d'une procédure franco-britannique portant sur des ventes d'avions civils. Face aux turbulences judiciaires, le groupe a engagé une opération mains propres en interne et manifesté son intention de coopérer dans les procédures judiciaires. (Belga)

Vos commentaires