Deux gigantesques câbles feront circuler de l'énergie électrique entre la Belgique et l'Allemagne: "Nous importerons plus d’énergie, meilleur marché"

D'ici 2 ans, deux gigantesques câbles tirés sous le sol feront circuler de l'énergie électrique entre la Belgique et l'Allemagne. L'équivalent de la production d'une centrale nucléaire pourra passer par ces câbles. Reportage de Vincent Jamoulle et David Muller.

5 centimètres de diamètre pour le cuivre. Avec l’isolant, les câbles (il y en a deux) ont une section de la taille d’un DVD. De quoi faire passer l’électricité d’une ville consommée par une ville comme Liège. Ces dernières années, la Belgique manque régulièrement d’électricité. Ça tombe bien, nos voisins allemands en produisent beaucoup. Pour arriver en Belgique, elle doit actuellement passer par les Pays-Bas ou le Luxembourg.

"Les réseaux européens étant interconnectés, ils sont soumis aux lois de la physique et donc tous les flux d’énergie se répartissent en fonction de la production et la consommation au moment même, ce qui peut créer des congestions à certaines frontières, entre certains pays, et qui créent alors des différences de prix sur le marché de l’électricité", explique Marc Berger, responsable infrastructures chez Elia.


Deux énormes transformateurs pour convertir le courant

En améliorant la connexion entre différents pays, le prix de l’électricité devrait être plus stable. La facture pour le consommateur pourrait même un peu diminuer. 49 kilomètres de câbles en Belgique, 41 en Allemagne. La tension est de 320.000 Volts, un courant non pas alternatif comme sur le reste du réseau mais bien continu.

"On a une très longue liaison et donc la technologie du courant continu permet de transiter des grandes capacités sur des longues distances, avec une minimisation de pertes", affirme Els Celens, responsable projets chez Elia.

Pour passer du continu à l’alternatif, et vice versa, deux énormes transformateurs sont en construction. Côté belge, ils se trouvent à Lixhe, sur un espace qui représente l’équivalent d’un terrain de football. Sur 20 mètres de haut, le courant pourra passer dans les deux sens.


Plus d'importation dans un premier temps

"Avec l’énorme boum d’énergie renouvelable dans la partie nord de l’Allemagne et la forte production dont ils disposent, nous importeront dans un premier temps plus d’énergie, meilleur marché, vers la Belgique que ce ne sera un transit d’énergies dans le sens inverse", indique Marc Berger.

Quand il y aura du vent dans le nord de l’Allemagne, ils nous vendront de l’électricité verte. Sans vent, le courant nous viendra de leur centrale au charbon. La liaison sera opérationnelle début 2020.

Vos commentaires