2017, année "record" pour l'industrie aéronautique française

2017, année
Un modèle du futur jet Falcon 6X de Dassault Aviation, au Bourget, le 28 février 2018ERIC PIERMONT

L'industrie aéronautique française devrait poursuivre sur sa lancée en 2018, notamment en recrutements, après une année 2017 "record" en termes d'activité, à 64 milliards d'euros (+6%), a annoncé jeudi Eric Trappier, le patron du Gifas, qui représente la filière.

2017 "a été une année avec un record en termes de chiffre d'affaires", a déclaré M. Trappier en présentant le bilan de la filière. L'exportation a représenté 85% du chiffre d'affaires consolidé, à 44 milliards d'euros, en hausse de 6% également.

Les commandes s'inscrivent, à 68,2 milliards d'euros, en léger recul (-5%), mais cela s'explique notamment par les contrats Rafale enregistrés au cours des années précédentes. Les commandes militaires représentaient 16% du total en 2017, contre 31 et 32% en 2016 et 2015. Ces années ont été marquées par les contrats Rafale remportés par Dassault Aviation en Egypte, au Qatar et en Inde.

Si l'aéronautique civile se porte bien, avec des niveaux très élevés de commandes et de livraisons d'avions par Airbus, l'aviation d'affaires doit encore "confirmer" sa reprise tandis que les hélicoptères restent affectés par la chute des prix du baril qui affecte depuis plusieurs années le marché du pétrole et gaz offshore.

"Petit à petit le marché (de l'aviation d'affaires) est en train de repartir de manière modérée mais réelle", a indiqué le PDG de Dassault Aviation, constructeur des jets d'affaires Falcon.

"Pour les hélicoptères, le marché +oil and gas+ est toujours assez faible, ce qui a contribué à une baisse des prises de commandes l'année passée", a-t-il ajouté.

Enfin, dans le domaine militaire, la montée en cadence du production du Rafale se poursuit et de ce fait, "nous avons une croissance de l'activité dans le domaine militaire et en particulier sur l'export", a souligné Eric Trappier.

La filière, qui représente 190.000 emplois dans le périmètre du Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales, a recruté 12.000 personnes en 2017, dont 2.000 ont représenté des emplois nets (+1%). Elle prévoit le même volant de recrutement en 2018.

Elle représente toujours le premier contributeur à la balance commerciale de la France avec un solde net de 17 milliards d'euros en 2017.

Vos commentaires