En ce moment
 

A La Plagne, trop de forfaits ski offerts, selon la Cour des comptes

A La Plagne, trop de forfaits ski offerts, selon la  Cour des comptes
La station de ski de La Plagne, dans la vallée de Tarentaise, en Savoie, le 6 janvier 2010JEAN-PIERRE CLATOT

Le syndicat exploitant les remontées mécaniques de La Plagne est épinglé par la Cour régionale des comptes, qui estime qu'il distribue trop de forfaits gratuits - 100.000 par an - aux "gens du pays" et aux élus.

Cette "large politique de gratuités" occasionne un manque à gagner d'environ trois millions d'euros chaque année au Syndicat intercommunal de la Grande Plagne (SIGP), soit 4% de son chiffre d'affaires et une perte de redevance pour la collectivité de 150.000 euros par an, souligne la Cour des comptes Auvergne-Rhône-Alpes dans un rapport portant sur les années 2009 à 2016 et publié mercredi.

"Une partie des gratuités ainsi accordées apparait injustifiée, notamment au bénéfice des +gens du pays+, d'élus, de fonctionnaires, ou d’anciens agents", ajoute-t-elle, citant notamment un forfait annuel attribué en 2015/2016 au président du Conseil départemental de la Savoie Hervé Gaymard (LR) ou des forfaits-journées pour petits groupes octroyés à un sous-préfet.

Elle souligne également que les gratuités aux "résidents historiques" (nés avant 1940), ainsi qu'à leurs descendants et jusqu'à leurs arrières-petit-enfants n'est pas conforme. Un point que la Cour pointait déjà dans son précédent rapport en 2009.

L'organisme s'interroge également sur les conditions dans lesquelles sont attribuées les ristournes sur les forfaits, sachant que les forfaits remisés représentent 40% du chiffre d'affaires du SIGP (73,4 millions), deuxième domaine skiable de France en poids économique derrière Chamonix (81,5 millions).

Interrogé par l'AFP, le syndicat assure que ce point a été récemment rectifié et que le montant des remises, qui vont de 25 à 40% du prix des forfaits, est désormais attribué en fonction du volume de forfaits achetés par les hôteliers et autres partenaires.

S'agissant des conditions de gratuité, le SIGP "va travailler dessus" poursuit Yves Helary, directeur du syndicat, interrogé par l'AFP.

Trouvant ce rapport "pédagogique" et "pas à charge", le responsable assure que "le syndicat va chercher à mettre en place l'ensemble des recommandations" émises par la Cour des comptes.

Vos commentaires