En ce moment
 

A Lille, la plus grande braderie d'Europe reprend ses quartiers samedi

A Lille, la plus grande braderie d'Europe reprend ses quartiers samedi
Un stand de la Braderie de Lille, en septembre 2017PHILIPPE HUGUEN

Des kilomètres de stands, des milliers de vendeurs, des montagnes de moules et des tonnes de frites... Plus de deux millions de personnes sont attendues à Lille samedi et dimanche pour la plus grande braderie d'Europe.

Antiquités, jeux, décoration, livres, jouets... seront ainsi proposés par quelque 6.000 "bradeux" sur une centaine de kilomètres de trottoirs. Et si ce gigantesque vide-grenier débute officiellement samedi à 8H et se termine dimanche à 18H, les premières bonnes affaires se font traditionnellement dès le vendredi soir.

A ses origines, qui remontent au Moyen-Age, la braderie permettait aux domestiques de vendre les vieilleries de leurs maîtres. Cet énorme marché aux puces, qui a désormais sa chanson - "A la braderie" du collectif de musiciens du "Raoul Band" -, a traversé les siècles, pour être depuis une vingtaine d'années un événement européen.

Après avoir été annulée en 2016 en raison de la menace terroriste, une "déchirure" pour la maire de Lille Martine Aubry, la Braderie de Lille était revenue en 2017 dans un périmètre réduit. Cette année, son pourtour s'agrandit avec l'inclusion de la rue Gambetta, une importante artère commerçante de la capitale des Flandres.

Pour le reste, "l'esprit" restera le même que l'édition 2017, "où nous avons essayé de retrouver l'authenticité de la braderie avec priorité donnée aux habitants et aux commerçants lillois et, bien sûr, aux brocanteurs et aux antiquaires qui viennent de l'extérieur", a expliqué à l'AFP Martine Aubry, qui, comme chaque année, se promènera dans ce royaume de la chine.

"L'idée est de garder cette authenticité que beaucoup réclamait à juste titre", affirme-t-elle.

- Amoncellements de coquilles de moules -

La braderie sera ainsi divisée en plusieurs secteurs entre les résidents, les commerçants et les brocanteurs. Les antiquaires seront largement représentés, assure la mairie, notamment le long des boulevards Louis XIV et de la Liberté.

Et d'autres événements vont ponctuer ce "carnaval du commerce": une braderie des enfants à la Gare Saint-Sauveur, une braderie dédiée à la bande dessinée au musée des Beaux-Arts, une programmation spéciale au musée d'histoire naturelle et un semi-marathon.

En outre, "nous sommes sur les mêmes conditions de sécurité" qu'en 2017, à partir de vendredi 19h00, "l'entrée dans le périmètre de la braderie et la sortie seront extrêmement organisées et contrôlées", affirme Mme Aubry.

Au total, 3.000 policiers, gendarmes et militaires Sentinelle seront mobilisés chaque jour à Lille, dans les gares, sur les grands axes routiers et dans les trains, notamment en provenance de Paris; plusieurs hélicoptères survoleront le secteur et les effectifs dans les deux principaux centres hospitaliers seront renforcés.

Le public sera fouillé de manière aléatoire aux douze points d'entrée de la braderie, ont détaillé les autorités lors d'une conférence de presse jeudi.

"Il s'agit de concilier fête en liberté et sécurité", a déclaré le préfet de région Michel Lalande. Le dispositif a été pensé de manière à garder une fluidité dans les rues, par crainte notamment des mouvements de foule qui pourraient être provoqués par un jet de pétard, des cris etc.

La mairie, qui appelle les restaurateurs à "modérer" le tarif du plat de moules-frites, souhaite aussi que cette édition soit celle du retour des tas de coquilles de moules sur le trottoir, une "image emblématique", qui appartient au "patrimoine de la braderie", mais qui s'est "estompée" ces dernières années. Ainsi, dans le centre de la ville, Place Rihour, trois employés d'un restaurant seront spécialement chargés de surveiller leur amoncellement de moules.

Ces tonnes de coquilles seront par ailleurs collectées par la mairie et recyclées en dalles de carrelage par Etnisi, une startup nordiste.

Vos commentaires