En ce moment
 
 

A Rouen, Macron salue "la compétence" des services de l'Etat après l'incendie de Lubrizol

A Rouen, Macron salue
Emmanuel Macron en visite à Rouen, le 30 octobre 2019, un mois après l'incendie de l'usine chimique LubrizolDOMINIQUE FAGET

A découvrir

Comme il s'y était engagé, Emmanuel Macron est venu mercredi soir à Rouen saluer la "compétence" et le "sang froid" des services de l’État et tenter de rassurer une population toujours inquiète des conséquences de l'incendie de l'usine chimique Lubrizol.

"Les services de l’État ont agi avec compétence, avec beaucoup de sang froid, beaucoup de professionnalisme", a souligné le président de la République lors d'un point presse à la mairie de Rouen. "De là où je suis, je n'ai pas vu de défaillance, au contraire", a-t-il assuré.

M. Macron a particulièrement insisté sur le travail des pompiers "qui n'ont pas connu la peur, qui ont permis de contenir ce qui s'est passé à Lubrizol et d'éviter des conséquences qui auraient pu être bien plus dommageables".

Le chef de l’État, qui a longuement déambulé dans les rues de la ville normande, a dit être venu apporter "un message de soutien et de considération" aux Rouennais après l'incendie du 26 septembre dans l'usine chimique Lubrizol et le site voisin de Normandie Logistique. Au total, 9.505 tonnes de produits, en majorité chimiques, ont brûlé sur ce site classé Seveso seuil haut.

A l'issue d'une rencontre avec le maire socialiste, Yvon Robert, il s'est défendu d'être venu trop tard à Rouen. "Le rôle du président de la République n'est pas de se précipiter dès qu'il y a quelque chose qui se passe (...) Je ne crois pas que mon rôle soit de me substituer à chaque ministre", a-t-il affirmé, saluant le courage du préfet de Normandie Pierre-André Durand.

Le président de la République a ensuite échangé avec quelques jeunes Rouennais attablés en terrasse dans le centre-ville, tandis que des sifflets et des "Macron, démission" fusaient un peu plus loin.

Il a notamment eu un échange tendu avec une femme qui l'a accusé de "passer des lois par derrière pour nous voler". "Le pays est en révolte, et ça va être de pire en pire, tout le monde se réveille et vous fermez les yeux", a-t-elle lancé.

- "Elle fait son show" -

"Si c'est bien une chose que je ne fais pas, c'est fermer les yeux", a rétorqué M. Macron. "Vous ne cherchez pas à dialoguer, vous êtes en colère", a-t-il ajouté, avant de lancer: "Elle fait un show, c'est dommage mais ça ne règle pas le sujet des gens".

Ce déplacement, qui n'était pas à l'agenda présidentiel, intervient alors que l'inquiétude demeure forte sur l'impact sanitaire et environnemental de l'incendie.

"Quand on vit ce qui a été vécu à Rouen, quand on respire (...) des odeurs qui sont très graves, dont on ne connaît pas la dangerosité (...), c'est très déstabilisant et donc ça nourrit forcément de l'inquiétude", a reconnu M. Macron. "Il ne faut pas que cette inquiétude qui est tout à fait légitime deviennent de la défiance parce que des fausses informations circulent, parce qu'on se met à dire tout et son contraire".

Des habitants ont longuement exprimé leur "inquiétude", raconté avoir "eu peur", en reprochant au chef de l'Etat d'avoir attendu un mois avant de venir.

Le maire Yvon Robert a évoqué "une visite à dimension symbolique". "C'est important que le président de la République se rende compte de la situation (après) un accident grave qui a touché la population", a-t-il déclaré peu avant l'arrivée du chef de l’État.

M. Macron a promis de "rebâtir l'attractivité, l'image" de la ville "qui a une grande histoire littéraire, historique". Il a évoqué l'organisation d'un "sommet" en 2020 dans la capitale normande avec un de ses homologues étrangers.

Comme l'an dernier, Emmanuel Macron a prévu de passer le week end de la Toussaint en famille en Normandie, à Honfleur, a-t-on appris de source proche de la présidence.

Vos commentaires