En ce moment
 
 

A Wall Street, l'indice S&P 500 grimpe à un nouveau record

A Wall Street, l'indice S&P 500 grimpe à un nouveau record
Des courtiers au New York Stock Exchange à Wall Street, où l'indice S&P 500 a atteint un record lundiJohannes EISELE

A découvrir

La Bourse de New York a porté l'indice S&P 500 à un niveau inédit lundi, à l'entame d'une semaine riche en événements économiques entre une réunion de la banque centrale américaine et une abondance de résultats d'entreprises et d'indicateurs.

L'indice considéré par les investisseurs comme le plus représentatif s'est apprécié de 0,56% pour finir à 3.039,42 points.

Le Dow Jones Industrial Average a de son côté gagné 0,49% pour terminer à 27.090,72 points tandis que le Nasdaq, à forte coloration technologique, est monté de 1,01% pour s'établir à 8.325,99 points.

Les indices ont été aidés par les signaux positifs envoyés aussi bien par Pékin que Washington sur le front des négociations commerciales, la Chine ayant confirmé samedi que les discussions étaient sur la bonne voie et le président américain laissant entendre lundi que la signature d'un accord pourrait intervenir avant le sommet de l'Association des pays riverains du Pacifique (APEC) mi-novembre.

Ils ont aussi été soutenus, selon Karl Haeling de LBBW, par les nouveaux développements sur le Brexit, l'Union européenne ayant donné son feu vert à un report de la sortie du Royaume-Uni ainsi que par des achats automatiques quand le S&P 500 a dépassé en séance son précédent record.

Mais, de façon plus générale, "le marché semble dire que la combinaison de politiques monétaires plus accommodantes un peu partout dans le monde, et en premier lieu aux Etats-Unis, avec des avancées vers un accord commercial permettant au moins d'éviter une nouvelle hausse des tarifs douaniers, pourrait permettre à l'économie mondiale de se stabiliser", estime-t-il.

"Cela représente un fort contraste avec cet été, quand les investisseurs craignaient une soudaine récession", ajoute-t-il.

Ce renversement de tendance se voyait aussi sur le marché obligataire où le rendement sur le taux à 10 ans sur la dette américaine montait vers 20H25 GMT de 1,842% contre 1,794% vendredi à la clôture, signe que cet actif, généralement considéré comme une valeur refuge, est moins prisé.

Les investisseurs seront particulièrement attentifs au cours des prochains jours à la réunion du Comité de politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed), mardi et mercredi. La quasi-totalité des acteurs du marché s'attendent à ce que la banque centrale américaine baisse les taux d'intérêt pour la troisième fois cette année afin de soutenir l'activité affaiblie par la guerre commerciale.

- Première entreprise spatiale à Wall Street -

La saison des résultats reste également dans leur ligne de mire, ceux de l'opérateur téléphonique AT&T (+4,28%) et de la chaîne de pharmacie Walgreens Boots Alliance (+0,69%) ayant été lundi bien reçus.

Les courtiers auront également à décortiquer cette semaine de nombreux indicateurs de premier plan sur la santé de l'économie américaine, dont le Produit intérieur brut du troisième trimestre mercredi et le rapport mensuel sur l'emploi vendredi.

La séance a aussi été marquée lundi par l'arrivée au New York Stock Exchange de Virgin Galactic, la seule entreprise dédiée aux voyages dans l'espace à être cotée en Bourse.

Le titre de la société fondée par Richard Branson, vêtu pour l'occasion d'une combinaison spatiale, a décollé dans les premiers échanges avant de terminer en baisse de 0,34%.

Le joaillier Tiffany a bondi de 31,63%, à 129,72 dollars, alors que le groupe de luxe français LVMH a confirmé lundi avoir fait une offre --estimée à 14,5 milliards de dollars, ce qui correspond à 120 dollars par action.

Apple, qui a présenté un nouveau modèle d'écouteurs AirPods censés atténuer encore plus les bruits extérieux, a gagné 1,00%.

Le constructeur General Motors est monté de 0,55% alors que les adhérents du syndicat américain UAW ont approuvé vendredi un accord salarial qui met fin à la plus longue grève chez le constructeur automobile depuis 50 ans.

Le syndicat devait entamer les négociations avec Ford (-0,27) dès lundi, et enchaîner par la suite avec Fiat Chrysler (+0,76%).

Microsoft a gagné 2,46% après l'attribution par le Pentagone vendredi soir d'un contrat géant de stockage de données en ligne (cloud) de 10 milliards de dollars pour lequel Amazon (+0,89%) était considéré comme favori.

La plateforme de musique en ligne Spotify a bondi de 16,17% après avoir publié un bénéfice trimestriel conséquent et fait état d'une hausse sensible du nombre de ses abonnés payants.

  1. Nasdaq

Vos commentaires