Accident d'ascenseur à Argenteuil: une enquête ouverte pour homicide involontaire

Accident d'ascenseur à Argenteuil: une enquête ouverte pour homicide involontaire
Un petit garçon de cinq ans est mort vendredi dans un accident d'ascenseur dans un centre commercial à Argenteuil (Val-d'Oise)LOIC VENANCE
Enfants

Une enquête pour "homicide involontaire" a été ouverte après la mort vendredi soir d'un enfant de cinq ans dans un accident d'ascenseur dans un centre commercial à Argenteuil (Val-d'Oise), a-t-on appris samedi auprès du parquet.

Une "autopsie" du corps de l'enfant doit avoir lieu ainsi que des "auditions et recueils des documents de sécurité", a précisé à l'AFP le parquet de Pontoise. L'enquête a été confiée à la sûreté départementale du Val-d'Oise.

Les circonstances du drame survenu vendredi peu avant 19H00 dans le centre commercial Côté Seine restent à éclaircir. Selon les premiers éléments, l'enfant, qui se trouvait dans le centre commercial avec plusieurs membres de sa famille, a emprunté l'ascenseur qui relie le rez-de-chaussée au premier étage.

Arrivé au premier étage, les portes se sont ouvertes, mais un brusque décrochage a eu lieu et l'enfant qui commençait à sortir s'est retrouvé coincé. Les secours n'ont rien pu faire et l'enfant est décédé sur place.

Plusieurs personnes, très choquées, ont assisté au drame, qui s'est déroulé à une heure de forte affluence. Un millier de personnes ont été évacuées du centre commercial et une cellule d'urgence médico-psychologique (CUMP) a été mise en place. Le centre restera fermé tout le week-end.

Georges Mothron, maire LR d'Argenteuil, a dit sur Twitter avoir rencontré les parents de l'enfant: "je leur réitère, avec la municipalité d'Argenteuil, tout notre soutien et combien nous partageons leur détresse", a-t-il écrit.

"Des psychologues seront présents lundi matin", dans l'école où était scolarisé le petit garçon, a précisé à l'AFP la municipalité.

Emmanuel Paris, l'un des directeurs régionaux de Thyssen Krupp, a confirmé à l'AFP être le fabricant de l'ascenseur. Mais "nous n'en n'assurons pas la maintenance depuis un certain nombre d'années et n'avons aucune information sur ce qui s'est passé", a-t-il précisé.

"Nous nous tenons à la disposition des enquêteurs pour donner toute information nécessaire (...)", a-t-il ajouté. "Jusqu'à présent, personne ne nous a rien demandé."

Contactée par l'AFP, la Fédération des ascenseurs a tenu à rappeler que "cela rest(ait) un accident rare de nos jours".

Depuis une quinzaine d'années, au moins 18 accidents mortels d'ascenseurs ont été recensés en France. Dans la plupart des cas, les victimes sont des enfants, des adolescents ou des ouvriers. L'un des derniers drames en date a eu lieu en octobre 2015 au Val-Fourré. Dans ce quartier populaire de Mantes-la-Jolie (Yvelines), un garçon de 7 ans était mort, le cou coincé par sa trottinette dans la cabine d'ascenseur de son immeuble.

Vos commentaires