En ce moment
 

Acier: les guerres commerciales "bonnes pour personne", estime Moscovici

Acier: les guerres commerciales
Le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici, à Bruxelles le 7 février 2018Emmanuel DUNAND

Les guerres commerciales "ne sont bonnes pour personne", a estimé vendredi le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici, après l'annonce du président américain Donald Trump de sa volonté de taxer les importations d'acier et d'aluminium.

"Elles (les guerres commerciales) ne sont bonnes pour personne. Personne n'en sort jamais gagnant, ce sont vraiment des guerres inutiles, injustifiées et qui sont perdant-perdant", a-t-il déclaré lors de sa visite au salon de l'Agriculture à Paris, précisant que l'Union européenne était déjà en train de préparer sa réaction.

"Nous regrettons vivement ces mesures parce qu'elles ressemblent fort à des mesures qui visent à protéger l'industrie nationale américaine et qu'elles ne reposent sur aucune forme de justification de sécurité nationale", a affirmé M. Moscovici, soulignant que les Etats-Unis et l'Union européenne coopéraient "étroitement" en matière de sécurité "depuis des décennies".

Donald Trump a annoncé son intention d'imposer la semaine prochaine des droits de douane de 25% pour l'acier et de 10% pour l'aluminium sur les importations aux Etats-Unis afin de protéger l'industrie sidérurgique nationale. Il n'a toutefois pas dit quels pays seraient visés.

"Le protectionnisme, (...) ne peut pas être la réponse à un problème commun dans le secteur de l'acier" frappé par des surcapacités, a ajouté le commissaire européen.

L'Union "va réagir fermement et proportionnellement pour défendre (ses) intérêts", avait déjà affirmé jeudi le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, ajoutant que "nous ne resterons pas les bras croisés pendant que notre industrie est frappée par des mesures injustes".

Les services de la commission disposent notamment de contre-mesures qui sont prêtes à être mises en place contre les États Unis pour rééquilibrer la situation, a indiqué M. Moscovici.

L'Union européenne pourrait également proposer des mesures de sauvegarde pour préserver la stabilité du marché européen et engager des discussions avec d'autres partenaires dans le cadre du règlement des différents au sein de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

Le projet de taxation américain a suscité des réactions indignées dans différents pays. Outre l'Union européenne, le Canada, la Chine, la Russie, l'Allemagne, le Royaume-Uni et la France ont exprimé leurs inquiétudes.

Vos commentaires