En ce moment
 

Affaire Skripal: des pays de l'UE prévoient des mesures rapides visant Moscou

Affaire Skripal: des pays de l'UE prévoient des mesures rapides visant Moscou
Russie

Plusieurs pays de l'UE ont indiqué vendredi à Bruxelles qu'ils pourraient prendre dans les prochains jours des mesures nationales visant la Russie, comme des expulsions de diplomates, après l'empoisonnement de l'ex-espion russe Sergueï Skripal sur le sol britannique.

La Lituanie, l'Irlande, la République tchèque et le Danemark font partie des pays qui se sont dits prêts à prendre des mesures supplémentaires, après que l'UE a apporté jeudi son soutien au Royaume-Uni et décidé de rappeler son ambassadeur en Russie pour des "consultations".

"Je pense que des mesures nationales seront appliquées déjà à partir de la semaine prochaine, dans de nombreux pays", a ainsi déclaré la présidente lituanienne Dalia Grybauskaité, à son arrivée vendredi matin pour le deuxième jour d'un sommet européen à Bruxelles. Elle avait la veille indiqué qu'elle envisageait des expulsions de diplomates.

"Nous allons considérer dans les jours qui viennent si nous voulons prendre des mesures individuelles en relation avec des diplomates russes" en Irlande, a déclaré de son côté le Premier ministre irlandais Leo Varadkar.

M. Varadkar a précisé qu'il faudrait d'abord faire une "évaluation de sécurité", et "nous prendrons la décision en tout début de semaine prochaine".

"Nous allons probablement aller dans cette direction", a de son côté déclaré le Premier ministre tchèque Andrej Babis, interrogé sur la possibilité que son pays expulse des diplomates russes.

Le Premier ministre danois Lars Lokke Rasmussen a lui aussi indiqué vendredi matin que son gouvernement allait "dans les prochains jours très sérieusement envisager des pas supplémentaires".

Les dirigeants des 28 ont apporté jeudi soir un soutien unanime au Royaume-Uni, en estimant que Moscou était "très probablement" derrière l'empoisonnement de l'ex-espion russe Sergueï Skripal au Royaume-Uni, et en décidant de rappeler l'ambassadeur de l'UE à Moscou pour des "consultations".

La durée d'un rappel durant un mois de l'ambassadeur européen a été évoquée, a indiqué vendredi matin une source européenne, tout en ajoutant que les modalités précises n'avaient pas encore été décidées.

Le Kremlin a déclaré vendredi "regretter" cette décision de l'UE, assurant que "la Russie n'a absolument rien à voir avec l'affaire Skripal".

La France, qui a contribué à durcir le ton des Européens face à Moscou dans leur texte commun, s'est également déclarée jeudi prête à "de possibles mesures, décidées sur base nationale, en concertation avec d'autres pays européens", selon l'Elysée.

Londres a expulsé 23 diplomates russes, présentés comme des agents du renseignement "non déclarés", pour sanctionner Moscou, et a annoncé qu'aucun membre du gouvernement ne se rendrait en Russie pour suivre les rencontres de la Coupe du monde de football en juin et juillet.

Vos commentaires