En ce moment
 
 

Agriculteurs en colère: plusieurs axes routiers sont toujours bloqués

Agriculteurs en colère: plusieurs axes routiers sont toujours bloqués
Le barrage à Lessines

Confronté à un prix du lait et de la viande de porc qu'ils estiment largement insuffisant, les agriculteurs belges, à l'instar de leurs homologues français, ont mené ce jeudi une journée d'action aux quatre coins du pays. En milieu d'après-midi, plusieurs axes routiers et centres logistiques de grandes surfaces étaient toujours bloqués.

Le mouvement a débuté mercredi soir, quand les éleveurs laitiers et porcins ont bloqué le dépôt de Colruyt à Ollignies (Lessines) où ils ont passé la nuit. En fin d'après-midi, ce jeudi, ce dépôt, tout comme celui de Ghislengien, était toujours paralysé. Dans le Hainaut encore, une quinzaine de tracteurs bloquent le centre logistique régional du groupe de distribution Lidl à Courcelles, près de Charleroi.

En région liégeoise, après s'être rassemblés à Battice, plusieurs centaines d'agriculteurs en colère se sont dirigés en convoi vers la laiterie Corman à Goé, dans la commune de Limbourg. Selon la police fédérale, une opération escargot a ensuite débuté vers 17h00 sur l'E40 à hauteur de Thimister, entraînant de sérieux embarras de circulation.

Enfin, en Flandre, des barrages filtrants ont été dressés sur différentes autoroutes. En fin d'après-midi, l'E403 Bruges-Courtrai restait fermée à hauteur Lichtervelde tout comme la sortie Erpe-Mere en direction de Gand sur l'E40. Sur cette même autoroute, le barrage posté à Ternat devait être levé sur le coup de 16h00.

Les actions des producteurs laitiers et porcins devraient prendre fin ce jeudi soir mais les producteurs laitiers du MIG, entre autres, ont déjà fait savoir, à l'issue d'une réunion avec les autres organisations agricoles du pays qui a permis de déboucher sur une position commune, qu'ils maintiendraient la pression jusqu'au sommet européen des ministres de l'Agriculture prévu le 7 septembre, "et même au-delà de cette date car tous les problèmes ne seront pas résolus en un jour".

Les agriculteurs réclament notamment une juste rémunération du lait et de la viande de porc, dont le prix actuel ne permet pas de couvrir les frais de production.

Vos commentaires