Air France-KLM toujours en attente d'une gouvernance pérenne

Air France-KLM toujours en attente d'une gouvernance pérenne
Air France-KLM attend toujours une gouvernance pérenneRobin Utrecht

Le processus de recrutement de la future gouvernance d'Air France-KLM a été discuté au cours d'un séminaire stratégique du groupe à Amsterdam sans qu'aucune décision n'ait été prise sur le choix final, a indiqué le groupe mercredi dans un communiqué.

Au cours de ce séminaire annuel du conseil d'administration du groupe qui s'est réuni mardi et mercredi à Amsterdam, "le processus de recrutement de la future gouvernance a été présenté et discuté", selon la même source.

"Ce processus mené par le Comité de nomination et de gouvernance se poursuit, conformément à l'objectif initialement fixé par le conseil d'être finalisé dans les meilleurs délais", a précisé le groupe.

Le conseil a également "revu l'avancement des travaux sur les axes du plan stratégique à moyen terme du groupe Air France-KLM. Sur cette base, la future gouvernance pourra décider des orientations stratégiques pour le groupe", a ajouté la direction.

Près de deux mois après le départ, le 4 mai, du PDG, Jean-Marc Janaillac, à l'issue d'une consultation du personnel sur un accord salarial finalement rejeté, le groupe attend toujours la nomination d'une gouvernance pérenne.

L'ancienne ministre Anne-Marie Couderc a été nommée le 15 mai présidente non-exécutive du groupe, entourée d'un comité de direction collégial.

Celui-ci est composé de Frédéric Gagey, directeur général adjoint chargé des Finances d'Air France-KLM, qui fait fonction de directeur général, tandis que Franck Terner, directeur général d'Air France, et Pieter Elbers, président du directoire de KLM, font fonction de directeurs généraux adjoints.

Le profil du futur PDG ainsi que la structure de la nouvelle gouvernance - un PDG à la fois à la tête du groupe et président de la compagnie Air France au côté d'un directeur général et d'un PDG pour KLM comme c'était le cas sous Jean-Marc Janaillac, ou un PDG du groupe avec deux PDG pour chacune des entités - font notamment débat.

Le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire, a estimé qu'une désignation en "juillet serait idéale".

Vos commentaires