En ce moment
 

Alena: le Mexique et les Etats-Unis poursuivent leurs discussions

Alena: le Mexique et les Etats-Unis poursuivent leurs discussions
Le ministre mexicain des Affaires Étrangères Luis Videgaray, le ministre de l'Economie Ildefonso Guajardo et son futur successeur Jesus Seade ont rencontré les négociateurs américains à Washington DCAlina DIESTE

Les négociateurs mexicains pour le traité de libre-échange nord-américain (Alena) vont poursuivre jeudi à Washington les discussions avec leurs homologues américains avec l'espoir de conclure leurs pourparlers d'ici la fin du mois.

Le ministre mexicain des Affaires Étrangères Luis Videgaray, le ministre de l'Economie Ildefonso Guajardo et son futur successeur Jesus Seade ont rencontré les négociateurs américains pour la troisième semaine consécutive et assuré que le dialogue allait se poursuivre jeudi.

"Nous allons continuer de travailler et de couvrir tous les sujets", a indiqué M. Guajardo à la sortie de la réunion, ajoutant que les négociations allaient des "sujets les moins complexes aux plus complexes".

Soutenue par les Etats-Unis, la clause dite "crépusculaire" qui permettrait aux parties de mettre fin à l'accord tous les cinq ans fait partie des pierres d'achoppement de ces négociations.

"Rien n'est acté tant que tout n'est pas acté", s'est contenté de commenter M. Guajardo à ce sujet.

L'Alena unit les Etats-Unis au Canada et au Mexique mais les relations économiques se sont tendues depuis l'arrivée de Donald Trump au pouvoir en janvier 2017, et la multiplication des décisions protectionnistes américaines.

Ce dernier a exigé une renégociation, toujours en cours, de cet accord unissant depuis 1994 les trois pays, affirmant qu'il défavorisait Washington.

Le Mexique et le Canada avaient réaffirmé le mois dernier leur volonté de maintenir le caractère trilatéral du traité malgré les menaces du président américain Donald Trump d'opter pour des accords bilatéraux.

Le Canada, qui n'a pas participé aux derniers pourparlers, s'est par ailleurs dit prêt à reprendre la négociation dès que possible.

Vos commentaires