Allemagne: le moral des entrepreneurs profite d'une trêve commerciale

Allemagne: le moral des entrepreneurs profite d'une trêve commerciale
Les attentes des entrepreneurs allemands sont meilleures dans les milieux industriels, en particulier dans l'automobile. Patrik STOLLARZ

Le moral des entrepreneurs allemands s'est repris en août à 103,8 points, contre 101,7 points le mois précédent, et les attentes se sont améliorées dans un contexte d'accalmie des tensions commerciales, selon le baromètre Ifo publié lundi.

Basé sur le sondage d'environ 9.000 entreprises, cet indicateur très suivi, qui permet d'avoir un avant-goût de l'activité économique dans les mois à venir, a dépassé les attentes (101,9 points) des analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset.

"L'économie allemande est à son zénith" tandis que l'on observe un "cessez-le-feu dans le conflit commercial avec les États-Unis", commente Clemens Fuest, le président de l'institut Ifo, cité dans un communiqué.

Les données statistiques connues à ce jour "suggèrent une croissance de 0,5% du PIB (allemand) au troisième trimestre de l'année", poursuit-il.

L’Allemagne a déjà enregistré une croissance robuste de 0,5% au deuxième trimestre.

L'indice évaluant la situation actuelle, une des composantes du baromètre Ifo, est ressorti à 106,4 points, contre 105,4 points en juillet, tandis que les attentes pour les six prochains mois sont remontées à 101,2 points, contre 98,2 points le mois dernier.

Les attentes sont meilleures dans les milieux industriels après six mois de baisse d'affilée, portées par l'amélioration dans l'automobile.

Le secteur des services est "nettement plus optimiste", affichant la remontée la plus forte depuis juin 2009, ajoute l'IFO.

Le bâtiment, toujours au plus haut, et le commerce, qui s'est également repris, complètent le tableau idyllique de l'économie allemande.

L'indice IFO a de fait entamé un premier mois de remontée plus fort qu'attendu, après avoir endigué au cours de l'été sa chute enregistrée sur plusieurs mois.

Aussi, "il ne serait pas approprié de parler d'euphorie", car "un renversement de tendance est traditionnellement diagnostiqué seulement après trois augmentations consécutives", note Uwe Burkert, économiste chez LBBW.

"L'épée de Damoclès plane toujours sur l'économie mondiale alors que le conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine continue de s'aggraver", ajoute-t-il.

Plusieurs instituts ont récemment revu à la baisse leurs prévisions de croissance pour l'Allemagne, l'Ifo tablant sur 1,8% de croissance pour 2018 et 2019, loin des 2,6% et 2,1% annoncés il y a quelques mois encore.

Vos commentaires