Au salon de l'Agriculture, la ferme France à l'aube de sa révolution

alimentation

Emmanuel Macron est arrivé samedi matin au salon de l'Agriculture où il est attendu de pied ferme par le monde paysan, fragilisé par plusieurs crises successives et sommé de réinventer un modèle agricole pointé du doigt par l'exécutif.

Cette première visite en tant que président de la République a démarré dès 07H45, avant l'ouverture au public, a constaté une journaliste de l'AFP. Et elle pourrait durer jusqu'après la fermeture, battant le record de François Hollande qui avait passé 10 heures sur place en 2013.

Emmanuel Macron a commencé sa visite par un petit-déjeuner à huis clos avec les principaux acteurs institutionnels de l'agriculture française. Il déambulera plus tard dans les stands à la rencontre des exposants.

Avant la visite, l'Elysée a fait savoir que le président se déplaçait toujours avec plusieurs costumes de rechange. L'an passé, il avait reçu un oeuf sur l'épaule, dont il avait plaisanté, affirmant que le jet de projectile relevait du folklore du salon.

Après des manifestations dans tout le pays contre le projet d'accord de libre-échange entre l'Union européenne et les pays du Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay), le président avait d'ores et déjà prévenu 700 jeunes agriculteurs reçus jeudi à l'Elysée qu'il se "moquait totalement" de l'ambiance dans laquelle il serait reçu Porte de Versailles, concentré qu'il est sur la construction du "visage de la France agricole des prochaines années".

Les éleveurs français, représentés au salon par la vache de race Aubrac "Haute", craignent notamment l'importation à taux réduit en Europe de 70.000 tonnes de viande bovine sud-américaine par an, à droits de douane réduits.

Ils craignent une concurrence déloyale de cette viande industrielle produite à très bas coûts et selon des standards sanitaires et de qualité beaucoup moins exigeants qu'en Europe.

Prônant "la valeur ajoutée, l'ouverture, la planète", M. Macron avait assuré "qu'il n'y aura(it) jamais de boeuf aux hormones en France", même si des accords comme celui avec le Mercosur étaient signés, ajoutant "il n'y aura(it) aucune réduction de nos standards de qualité, sociaux, environnementaux, ou sanitaires à travers cette négociation".

Pas convaincue, la patronne de la FNSEA Christiane Lambert a estimé vendredi que La France risquait "de perdre 20 à 25.000 exploitations" si l'Europe signe ces accords. Samedi, elle compte bien dire à M. Macron "de façon très directe (...), les yeux dans les yeux, ce qui va et ce qui va moins bien".

Autre motif d'inquiétude, la révision de la carte des zones agricoles défavorisées, qui va faire sortir 1.380 communes du dispositif ouvrant droit à une indemnité compensatoire de handicap naturel (ICHN).

- Départs en retraite massifs -

Les inquiétudes sont d'autant plus fortes qu'en dépit des nombreux rappels à l'ordre du gouvernement à la sortie des Etats généraux de l'alimentation (EGA) - et en attendant en septembre la loi censée leur garantir une meilleure rémunération de leur production - la grande distribution n'a pas joué le jeu dans les négociations commerciales annuelles avec les producteurs, qui s'achèvent pendant le salon.

Or, en 2016, près de 40% des chefs d'exploitation agricoles ont perçu un revenu mensuel négatif ou n'excédant pas 360 euros, selon les dernières statistiques de la MSA, la sécurité sociale agricole, publiées vendredi.

Certaines annonces d'Emmanuel Macron ont tout de même quelque peu rasséréné le monde rural comme la promesse d'une mise en place de "verrous réglementaires" sur les achats de terres agricoles par des étrangers en France.

Sur le problème plus global de l'accès au foncier pour les jeunes générations d'agriculteurs, le président a demandé "pour le mois de mai" qu'on "imagine" un système de "préretraites agricoles avec une sortie progressive de l'activité" afin de permettre à un jeune de prendre la suite de ses parents. "40% des agriculteurs aujourd'hui en activité seront partis à la retraite" d'ici à 2020, a dit le président jeudi.

Les agriculteurs ont reçu ces annonces de façon plutôt bienveillante mais avec appréhension, en indiquant qu'ils seraient vigilants sur leur traduction en actes.

D'autant plus vigilants que les rumeurs courent, depuis plusieurs semaines, sur une autre révolution: une diminution de l'enveloppe budgétaire de la politique agricole commune (PAC) 2020-2027 après la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne.

Vos commentaires