En ce moment
 

Autriche: l'ex-patronne des Verts embauchée par un géant des machines à sous

Autriche: l'ex-patronne des Verts embauchée par un géant des machines à sous
Eva Glawischnig, ici le 29 septembre 2013 à Vienne, a dirigé le parti Les Verts de 2008 à 2017DIETER NAGL

L'ancienne patronne des Verts autrichiens Eva Glawischnig a provoqué un coup de tonnerre vendredi en annonçant travailler désormais pour le géant autrichien des machines à sous Novomatic, en contradiction avec la ligne du parti, hostile aux jeux d'argent, qu'elle a dirigé de 2008 à 2017.

Ce changement d'orientation, qualifié de "plus spectaculaire de l'histoire politique et économique récente" de l'Autriche par le journal conservateur Die Presse, a immédiatement déclenché une tempête dans les médias et les réseaux sociaux.

Lorsqu'elle était à la tête des Verts, la dirigeante avait en effet fait du renforcement de la législation contre les jeux d'argent un de ses principaux chevaux de bataille, obtenant notamment l'interdiction des machines à sous hors casino à Vienne en 2015.

Mme Glawischnig, 49 ans, a précisé qu'au sein de Novomatic elle serait à la tête du département "responsabilité citoyenne de l'entreprise". "On ne peut pas supprimer par l'interdiction des phénomènes de société indésirables comme la dépendance au jeu", a-t-elle estimé.

Ce revirement constitue un nouveau coup dur pour les Verts, qui luttent pour leur survie après avoir été balayés du Parlement aux législatives d'octobre et qui font face à une menace similaire dimanche lors d'élections régionales en Carinthie, d'où Mme Glawischnig est originaire.

Le nouveau dirigeant des Verts, Werner Kogler, a immédiatement annoncé qu'il avait obtenu de l'ancienne députée sa démission du parti. "Nous continuerons à critiquer et à combattre le cas échéant les agissements de cette société", a-t-il assuré.

En avril 2017 encore, Mme Glawischnig avait ouvertement accusé Novomatic d'utiliser ses importants moyens financiers pour tenter d'infléchir la législation, estimant à la télévision publique ORF que "ceux qui ont de l'argent, qui ont de l'influence, comme Novomatic, influencent vraiment les lois".

Fondée en 1980, la société non cotée en Bourse Novomatic, dont le chiffre d'affaires s'est élevé à 2,6 milliards d'euros en 2016, se présente comme "un des plus grands groupes mondiaux en matière de technologie de jeux en tant que producteur et qu'exploitant".

Le groupe, qui emploie 25.000 salariés, est implanté dans 45 pays où il exploite 2.100 salons de machines à sous, en plus des 260.000 appareils qu'il met en location dans 70 pays au total.

Vos commentaires