En ce moment
 

Aval attendu des députés britanniques à l'extension controversée d'Heathrow

Aval attendu des députés britanniques à l'extension controversée d'Heathrow
Aval attendu des députés britanniques à l'extension controversée d'HeathrowAdrian DENNIS

La construction d'une troisième piste à l'aéroport londonien d'Heathrow, le premier d'Europe en termes de passagers, devrait être adoptée lundi par les députés britanniques, après des décennies de controverse et une démission au sein du gouvernement de Theresa May.

Le vote, prévu lundi soir, ne devrait réserver aucune surprise même si le projet continue de profondément diviser l'opinion, milieux économiques comme politiques, jusqu'au sein même du Parti conservateur au pouvoir, avec en perspective des actions en justice des défenseurs de l'environnement.

L'exécutif a donné aux députés de la majorité la consigne de voter en faveur du projet de 14 milliards de livres (15,9 milliards d'euros), auquel il avait donné son feu vert le 5 juin après plusieurs années de débat envenimé.

Grand opposant au projet et poids lourds de l'exécutif, le ministre des Affaires étrangères Boris Johnson avait promis de se coucher devant les bulldozers pour empêcher les travaux. L'élu de la circonscription d'Uxbridge (ouest de Londres) brillera toutefois par son absence, en raison d'un déplacement à l'étranger.

Sa destination n'a pas été dévoilée, son ministère invoquant des raisons de sécurité, alors qu'il participera mardi à une session spéciale de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

- "Prudemment optimiste" -

Le ministre des Transports, Chris Grayling, s'est dit sur la BBC "prudemment optimiste" quant à l'issue du vote.

"Il aura fallu 50 ans pour aboutir à ce vote historique, qui représente la plus importante décision en termes de transport de cette génération", a-t-il par ailleurs commenté dans un communiqué.

Il a affirmé que la troisième piste, dont la construction devrait être achevée d'ici à la fin 2025, sera financée par le secteur privé et stimulera l'économie britannique en permettant la création de jusqu'à 114.000 emplois d'ici à 2030. Et assuré que l'exécutif travaillerait avec l'opérateur de l'aéroport pour que les coûts ne soient pas répercutés sur les compagnies aériennes.

Avec plus de 75 millions de voyageurs accueillis chaque année, l'aéroport d'Heathrow est le premier d'Europe en termes de trafic voyageurs. Il accueille actuellement plus de 80 compagnies aériennes desservant plus de 200 destinations.

Mais avec l'extension, IAG, maison-mère de British Airways (BA), craint l'explosion des frais d'aéroport, avec pour conséquence une hausse du prix des billets, faisant fuir les voyageurs vers d'autres aéroports. BA, très présent à Heathrow, voit par ailleurs d'un mauvais oeil l'arrivée future de nouveaux concurrents sur ce hub, en particulier le débarquement éventuel de groupes low cost, selon des sources au sein de l'industrie.

- Contestation en justice -

Les critiques dénoncent aussi les risques de nuisances sonores et de pollution accrue dans une zone densément peuplée, à l'ouest de Londres.

Estimant ne pas pouvoir se conformer aux consignes de vote de son gouvernement, le secrétaire d'Etat britannique au Commerce international, Greg Hands, a démissionné jeudi.

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Le Parti travailliste, principale formation d'opposition, est également divisé sur ce projet.

S'il est approuvé, il devrait encore faire face aux contestations en justice de groupes de résidents, de conseils locaux et de défenseurs de l'environnement. "Un vote pour une nouvelle piste à Heathrow est un vote pour plus de changement climatique, plus de pollution atmosphérique et plus de bruit", a dénoncé Greenpeace.

Vos commentaires